Acceuil

Le président et le Premier ministre du Mali arrêtés par des militaires, selon une mission de l’ONU

Le président par intérim Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane ont été arrêtés avec plusieurs membres du personnel, lire la déclaration par le Comité local de suivi de la transition du pays, qui surveille le retour du Mali au contrôle civil après un coup d’État militaire en août 2020. Ce comité comprend l’Union africaine, la mission des Nations Unies au Mali et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.
Le Premier ministre Moctar Ouane, vu ici lors d'un voyage en Inde en janvier 2009, est un ancien ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

La commission, << avec des membres de la communauté internationale, dont la France, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'UE, expriment leur profonde préoccupation face à la situation au Mali marquée par l'arrestation du président de transition, le Premier ministre. et certains membres de leur personnel », dit-il.

“Ils exigent la libération immédiate et inconditionnelle de ces autorités et insistent sur le fait que les membres de l’armée qui les détiennent seront personnellement tenus responsables de leur sécurité.”

Les arrestations, décrites dans le communiqué conjoint comme une “tentative de prise de pouvoir”, ont eu lieu peu après N’Daw a annoncé une série de nominations aux principaux postes ministériels du gouvernement.
“Concernant les rapports du Mali sur la détention du président de transition, du Premier ministre et d’autres. Nous appelons à leur libération immédiate et inconditionnelle”, a tweeté le Bureau des affaires africaines du département d’État américain.
L’ambassade américaine au Mali a mis en garde les citoyens américains dans le pays pour éviter les voyages non essentiels à Bamako au milieu des “rapports faisant état d’une activité militaire accrue” dans la capitale, il a déclaré dans un tweet.
Le gouvernement intérimaire n’est en place que depuis quelques mois, après un coup d’État militaire l’année dernière dans lequel des soldats ont arrêté le président d’alors Ibrahim Boubacar Keita et le premier ministre d’alors Boubou Cissé. Keita a annoncé plus tard sa démission à la télévision d’État.

Le gouvernement de transition dirigé par N’Daw avait promis de tenir des élections législatives et présidentielles en février 2022 pour restaurer un gouvernement démocratique, a rapporté Reuters.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page