People

Critique de “ Mike Tyson: The Knockout ”: le documentaire d’ABC n’est pas à la hauteur de son titre, mais il gagne aux points


L’ouverture s’avère considérablement moins distinctive, à commencer par le combat de championnat de 1988 contre Michael Spinks, revenant à la rude éducation de Tyson avant de la canaliser dans la boxe sous la tutelle de l’entraîneur Cus D’Amato. Pour tous ceux qui ont suivi sa carrière, ce sont des choses assez familières.

Le projet tire sa force, cependant, de l’ampleur de ses interviews, y compris plusieurs opposants à Tyson, avant de culminer avec une conversation assez peu éclairante avec Tyson lui-même – une coda relativement courte qui aurait été plus forte si elle avait été répartie tout au long de la présentation.

En l’état, “The Knockout” se révèle très intéressant pour décrire le rôle des médias dans la construction de Tyson et le démolir, de l’interview de Barbara Walters avec lui et sa femme de l’époque Robin Givens à la frénésie qui a entouré son procès pour viol, après qu’il a été accusé d’avoir agressé la candidate au concours Desiree Washington.

L’avocat réputé Carl Douglas soutient que les avocats de Tyson “ont choisi une défense vraiment insidieuse” dans son cas – compliquée par la longue histoire d’allégations d’agression sexuelle forgées de toutes pièces contre des hommes noirs, la différence étant que la victime était une femme afro-américaine. . De même, Danyel Smith de The Undefeated d’ESPN déclare qu’il était “au-delà de malheur” que les allégations d’agression domestique de Givens l’aient transformée en fourrage pour les bandes dessinées latenight qui la dépeignaient comme une méchante chercheuse d’or.

L’aspect le plus décevant du documentaire, cependant, pourrait être la carrière post-prison de Tyson. Comme le souligne Jeremy Schaap d’ESPN, Tyson a rencontré un environnement très différent quand il est sorti de prison en 1995 qu’il ne l’aurait probablement fait aujourd’hui, la boxe l’accueillant d’une manière qui «lui a permis de maintenir sa pertinence».

Les compétences de boxe en déclin de Tyson – et l’incident bizarre qui mord l’oreille lors de son match revanche avec Evander Holyfield – auraient apparemment dû marquer la fin de l’histoire. Pourtant, Tyson s’est improbablement reconstruit, en commençant par son camée dans “The Hangover”, tout en survivant à des épreuves qui comprenaient la dépendance à la cocaïne et la perte tragique de sa jeune fille.

Depuis lors, Tyson est revenu sur le devant de la scène dans un one-man show réalisé par Spike Lee et a improbablement choisi de boîte à nouveau à 54 ans. Maintenant, il y a des plans pour une mini-série Tyson avec Jamie Foxx – un projet que Tyson a déjà critiqué – à la suite du film HBO de 1995. De toute évidence, la vie de Tyson reste une source de fascination, en partie grâce aux personnages plus grands que nature qui l’ont entouré, y compris le promoteur Don King.

Citant les gros titres des tabloïds qui ont suivi Tyson en dehors du ring, le journaliste sportif new-yorkais Wallace Matthews a déclaré: “Ce type était essentiellement de la télé-réalité bien avant l’invention de la télé-réalité.”

Si “The Knockout” rend une chose claire, c’est que les médias ont parcouru les montagnes russes Tyson pour tout ce que cela valait. Bien que personne n’ait vraiment demandé ce dernier match revanche, ses idées sur l’histoire de Tyson – reflétant à la fois l’époque au cours de laquelle il a prospéré et son apparence avec le recul – n’est pas tout à fait un KO, mais il gagne aux points.

«Mike Tyson: The Knockout» sera diffusé le 25 mai et le 1er juin à 20 h HE sur ABC et plus tard sur Hulu.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page