Politiques

François Bayrou s’élève contre la censure de la loi sur les langues régionales

“Le président de la République doit s’emparer de cette question”, a estimé lundi dans L’Express le président du Modem, quelques jours après que le Conseil constitutionnel a retoqué partiellement la proposition de loi en faveur des langues régionales.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

François Bayrou monte au front. Après que le Conseil constitutionnel a retoqué partiellement la proposition de loi en faveur des langues régionales avec la censure de l’enseignement immersif et de l’utilisation de signes diacritiques, vendredi, le président du Modem et marie de Pau a critiqué cette décision, dans une interview à L’Express, lundi 24 mai.

“Rayer d’un trait de plume les décennies d’efforts réalisés pour transmettre ces langues qui appartiennent au patrimoine linguistique français est inconséquent, sans précédent et dangereux”, a déclaré à l’hebdomadaire François Bayrou, qui estime que “le président de la République doit s’emparer de cette question”.

Le président du Modem dénonce notamment le “contresens” fait par le Conseil Constitutionnel sur le texte de l’article 2 de la Constitution où il est écrit que “la langue de la République est le français”. Car “cette disposition n’était en rien dirigée contre les langues régionales et, en fait, elle ne visait que l’outrancière domination culturelle de l’anglais”, rappelle-t-il.

Début avril, députés et sénateurs avaient adopté en deuxième lecture le texte du député Libertés et Territoires, Paul Molac, avant que plusieurs députés de la majorité ne saisissent le Conseil constitutionnel.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page