Technologie

Le nombre de virus sur Mac est devenu « inacceptable » pour Craig Federighi, patron du logiciel d’Apple


Depuis plus d’une décennie, un des principaux arguments mis en avant par Apple pour vous convaincre d’acheter un Mac plutôt qu’un PC est la moindre exposition aux malwares.
Au fur et à mesure des années, cette communication a toutefois diminué. L’argument selon lequel « il n’existe pas de virus sur Mac » n’est en effet plus juste, l’écosystème du Californien est devenu si populaire que les hackers le ciblent aussi.

Interrogé dans le cadre du procès Fortnite, Craig Federighi, le vice-président d’Apple en charge du logiciel a surpris en affirmant « qu’aujourd’hui, nous avons un nombre de malwares sur Mac que nous considérons inacceptable ». Comment expliquer une telle déclaration ?

Une défense du modèle de l’App Store

macOS est-il devenu un système trop facile à corrompre ? Pas vraiment. Avec une phrase aussi choc, Craig Federighi plaide en faveur du modèle fermé d’iOS.
Selon lui, le Mac est victime de sa trop grande ouverture. N’importe quel hacker peut concevoir un programme et piéger des utilisateurs, ce qui est impossible sur iOS où tout passe par l’App Store. Dès lors, autoriser les propriétaires d’un iPhone à installer une application depuis une source tierce serait « une très très mauvaise situation pour nos clients ».
Le vice-président d’Apple ajoute qu’un tel changement provoquerait « une immense diminution de leur sécurité » et veut convaincre les juges qu’Apple défend ce modèle pour de bonnes raisons, pour que tout le monde puisse télécharger des applications en sécurité.

A découvrir aussi en vidéo :

Plusieurs heures après cette déclaration choc, Craig Federighi a tout de même souhaité indiquer que macOS restait beaucoup moins vulnérable que Windows, histoire de s’assurer que ses propos ne heurtent pas les ventes de Mac.
Le vice-président d’Apple a aussi parlé d’Android qui, selon lui, souffre de beaucoup plus de problèmes de sécurité qu’iOS. L’objectif d’Apple semble assez clair, tout faire pour empêcher la justice de le forcer à ouvrir son système d’exploitation mobile, quitte à dégrader l’image de son autre OS phare.
Craig Federighi a d’ailleurs déclaré que macOS était dix fois moins utilisé qu’iOS, histoire de faire comprendre que la menace pourrait être 10 fois plus grande avec un iOS ouvert.

Source : Bloomberg


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page