Economie

Privés de reprise, les forains ralentissent la circulation dans toute la France

Partout en France, des forains ont manifesté, mercredi 19 mai, pour demander une reprise rapide de leur activité, encore stoppée par l’épidémie de Covid-19, alors que se dessine la perspective d’une réouverture le 9 juin.

Cette journée de mobilisation était prévue depuis plusieurs jours, alors que la profession n’avait aucune perspective de réouverture. Mais, mardi, le gouvernement a finalement prévu un protocole tablant sur une reprise des fêtes foraines à partir du 9 juin, selon le président du Syndicat national des industriels forains, Nicolas Lemay. Les forains ont, cependant, décidé de maintenir leurs manifestations afin de dénoncer ce qu’ils estiment être une discrimination par rapport à d’autres secteurs.

Nicolas Lemay a ainsi estimé sur France Bleu que les forains subissent « une discrimination commerciale » :

« Le 19 mai nous était promis en ouverture et, à quelques jours de l’ouverture, on nous a dit que ce n’était pas possible. Pas possible pourquoi ? On ne le sait pas. »

Lire notre enquête : La détresse des forains pendant la pandémie de Covid-19 : « On apporte la féerie qui permet de s’évader, c’est pas essentiel, ça ? »

Opérations escargot

Dans l’Hérault, de l’autoroute A9 jusqu’à l’entrée de Sète, une cinquantaine de forains gênaient avec leurs camions, mercredi, la circulation pour réclamer l’autorisation par le gouvernement de la reprise de leur activité. « Les fêtes foraines, paralysées depuis octobre dernier, ne sont toujours pas autorisées », alors que le gouvernement a annoncé la reprise d’activités pour les cafés, restaurants, cinémas, théâtres, salles de spectacles, cirques…, a déploré Stéphane Dubief, membre fondateur de la Fédération des forains de France, qui se trouvait sur place.

D’autres actions ont eu lieu en France. A Orléans, une « opération escargot et péage gratuit » a été organisée sur l’A10, dès 8 h 30, selon France Bleu. Dans le Nord-Pas-de-Calais, plusieurs cortèges ont fortement ralenti la circulation sur l’A1 et l’A2 depuis tôt le matin. Dans l’Est, entre Nancy et Metz, près de 25 camions ont créé de forts ralentissements sur l’A31. Sur l’A26, dans le sens Reims-Calais, les perturbations s’étalaient sur cinq kilomètres.

Sur l’A10, au péage de Virsac, près de Bordeaux, les forains ont bloqué les deux sens de circulation, ne laissant passer les véhicules qu’au compte-gouttes. La préfecture précise qu’une « trentaine de camions et une soixantaine de personnes » ont ralenti la circulation de 7 heures à 10 heures.

En Bretagne, selon la gendarmerie, les forains ont mené une opération escargot avec 24 poids lourds sur la RN 165, entre Quimper et Lorient. Ils doivent déjeuner à Lorient avant de repartir à Quimper, dans l’après-midi.

La Fédération des forains de France a annoncé avoir décidé de saisir à nouveau le Conseil d’Etat « pour faire respecter l’ordonnance du 25 janvier dernier, qui était très claire, permettant aux entreprises foraines d’ouvrir dans les mêmes conditions que les activités culturelles, ce qui n’est pas le cas actuellement ».

De nombreux forains ont exprimé leur désespoir de voir leur activité économique interdite dans le cadre de la crise sanitaire. Beaucoup d’entre eux, parmi les petites entreprises familiales travaillant habituellement de ville en ville, ne figuraient pas, au début de la crise, dans les dispositifs d’indemnisation et se sont retrouvés dans des situations extrêmement difficiles.

Le Monde




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page