Economie

« La culture joue un rôle moteur dans l’ensemble de l’économie française »

Entrée du Musée du Louvre, à Paris, le 19 mai 2021.

Pertes et profits. Le Théâtre de la Ville, à Paris, pousse ses murs. Pour célébrer la fin du confinement, il a décidé de tenir spectacle ouvert du lever au coucher du soleil. Conférences scientifiques à l’Espace Cardin, théâtre aux Abbesses, ateliers de danse dans les jardins, lectures poétiques, tout l’arsenal du spectacle vivant est convoqué pour célébrer, on l’espère, le début de la fin de la crise pour un secteur essentiel à l’économie française.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La confiance et le désir de culture sont bien plus forts aujourd’hui qu’il y a un an, lors du déconfinement de mai 2020 »

D’abord par son poids économique intrinsèque. Selon l’Insee, les français ont dépensé en 2019 près de 100 milliards d’euros dans la culture et le sport. Et si l’on raisonne en valeur ajoutée, en retranchant les consommations intermédiaires, l’économie de la culture représente en France près de 50 milliards d’euros, dont plus d’un quart dans l’audiovisuel, 15 % dans le livre et la presse, autant dans le spectacle vivant et 10 % dans les musées et monuments. Soit plus de 2 % du PIB.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dernier jour avant ouverture ! Cinémas, musées et salles de spectacle se préparent à accueillir le public

Comme le rappelle l’économiste de Xerfi Alexandre Mirlicourtois, c’est déjà plus que l’ensemble de l’industrie agroalimentaire française et largement davantage que toute l’industrie du transport combinée, automobile, avions, trains… En ce qui concerne l’emploi, l’apport est encore plus massif. Près de 700 000 personnes travaillent dans ce secteur, soit 2,5 % de la population active, sans compter les 3,5 millions de bénévoles répartis dans plus de 260 000 associations.

Des retombées considérables

Mais cela n’est que la face émergée de l’iceberg. La culture joue aussi un rôle moteur dans l’ensemble de l’économie. Le Louvre est le musée le plus fréquenté du monde avec 10 millions de visiteurs par an. Une majorité des quelque 85 millions de visiteurs étrangers en France sont motivés par le patrimoine culturel et le spectacle vivant, dont les innombrables festivals qui espèrent bien pouvoir rouvrir cet été. Les retombées sont considérables pour le secteur de l’hôtellerie-restauration et celui du tourisme en général. Plus l’effet d’image, essentiel dans des domaines comme l’industrie du luxe, dont la France reste le leader mondial. Au total, l’empreinte de la culture en France dépasse largement les 100 milliards d’euros et plus de 5 % du PIB, probablement bien davantage.

Lire aussi Théâtres, cinémas et spectacle vivant : l’Etat débloque 148 millions d’euros pour accompagner leur réouverture

Enfin, l’expérience culturelle est au cœur de l’évolution des comportements des Français, en quête de sens et de consommation responsable. Des arguments brandis bien haut par le milieu de la culture pour justifier les aides à un secteur particulièrement sinistré. A l’heure ou les salles de cinéma entrouvrent de nouveau leurs portes et où l’on s’interroge sur la relance, il est bon de le rappeler : les lectures poétiques du Théatre de la ville, c’est aussi de l’économie.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page