Politiques

Emmanuel Macron et Abdel Fattah-Al-Sissi travaillent à une médiation, avec la Jordanie

Cette médiation “est l’un des éléments qui permettrait d’accompagner un cessez-le feu, la clé pour permettre la réunification des composantes palestiniennes et garantir le non-recours à la violence”, selon le président français.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

La France et l’Egypte main dans la main pour ramener la paix au Proche-Orient. Emmanuel Macron et le président égyptien Abdel Fattah-Al-Sissi ont discuté lundi 17 mai d’une médiation visant à obtenir un cessez-le-feu entre Israël et les Palestiniens, et comptent solliciter l’appui de la Jordanie, a annoncé le président français.

Cette médiation “est l’un des éléments qui permettrait d’accompagner un cessez-le feu, la clé pour permettre la réunification des composantes palestiniennes et garantir le non-recours à la violence”, a déclaré Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une conférence internationale d’aide au Soudan.

Les deux dirigeants se sont vus en tête-à-tête avant le début de la conférence. “Nous avons décidé d’avoir dans les prochains jours une discussion avec le roi de Jordanie pour voir comment faire une proposition concrète sur cette voie”, a détaillé Emmanuel Macron.

Selon des sources diplomatiques, l’ONU a aussi amorcé dès lundi, avec l’aide du Qatar et de l’Egypte, une médiation pour obtenir une désescalade. Une nouvelle réunion d’urgence à huis clos doit se tenir mardi au Conseil de sécurité de l’ONU, alors que les Etats-Unis se sont opposés lundi, pour la troisième fois en une semaine, à l’adoption d’une déclaration appelant à “une cessation des violences” et à “la protection des civils, notamment les enfants”.

“Il y a une offensive diplomatique ces derniers jours, qui va se poursuivre dans les prochaines heures. Nous soutenons l’idée d’une médiation égyptienne parce que les Égyptiens comme les Jordaniens parlent à tout le monde dans la région”, avait expliqué lundi matin le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a rappelé de son côté que “la réponse à ces attaques inacceptables doit rester proportionnée, dans le cadre du droit international”.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page