Auto-Moto

BMW Série 2 Coupé 2021 : sain et sauf


Le compact coupé bavarois se renouvelle en cultivant sa différence parmi les modèles d’entrée de gamme de la marque puisqu’il reste finalement fidèle à la propulsion et au 6-cylindres. Wunderbar !

La nouvelle était attendue par les béhèmistes, et sûrement bien d’autres amateurs de sportives encore, avec une grande fébrilité. Surtout depuis que les Série 1 et Série 2 Gran Coupé se contentent d’une base technique de simple traction. Mais cette fois, c’est officiel : comme son profil caractéristique le laissait présager, le prochain opus de la BMW Série 2 Coupé reposera toujours bien sur une architecture de propulsion et pourra une nouvelle fois se choisir avec 6-cylindres sous le capot. Schön !

Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il sera possible de combiner un tel moteur avec deux seules roues arrière motrices. Du moins, dans un premier temps. Il fallait bien un bémol à l’heureux évènement, nous sommes en 2021 pardi !

Le constructeur munichois en dit effectivement davantage sur cette prochaine génération, baptisée G42. Notamment par le biais d’une imminente M240i xDrive. De fait, comme l’auront d’emblée compris les initiés à travers ce patronyme, la plus noble mécanique du catalogue s’associera nécessairement à la transmission intégrale. Dommage.

Encore que la déception reste relative tant le fameux système à quatre roues motrices piloté maison, capable de faire varier la distribution du couple en continu, nous a régulièrement fait la démonstration qu’il savait préserver le caractère joueur d’une Béhème digne de ce nom. La plus alléchante des Série 2 prend même d’ultimes précautions en s’équipant d’un différentiel arrière piloté.

Tout cela sans compter que, d’après les 374 ch d’ores et déjà annoncées du “6 en ligne” tapi sous le long capot, la M240i reprendra in extenso le 3.0 turbo des très performantes berline M340i et coupé M440i.

Or, ce bloc B58 s’étant taillé une réputation de force de la nature en propulsant les deux plus lourds modèles précités de 0 à 100 km/h en 4”5, deux essieux ne seront probablement pas de trop pour faire passer l’ensemble de la cavalerie au sol dès les premiers frimas. A ce stade, personne ne sera surpris d’apprendre que la très répandue boîte automatique à convertisseur à 8 rapports d’origine ZF sera systématiquement de la partie.

Construite sur une plate-forme proche de celle de la Série 3, la Série 2 Coupé, dont la production débutera cet été, adopte des voies plus larges, à l’avant comme à l’arrière, qui augurent d’une efficacité du comportement en net progrès quelle que soit sa motorisation. Elle en profite aussi pour revoir sa rigidité torsionnelle à la hausse de 12 %. Ce qui devrait faciliter le travail de l’amortissement, passif ou piloté en option.

Retenons plus généralement que la reconduction d’une telle architecture laisse surtout espérer que les M2 Competition et M2 CS auront une descendance, ces deux sportives nous ayant dernièrement laissé un savoureux goût en bouche. Une version dégonflée du S58 de la M3 sous le capot d’un coupé aussi compact, ça fait rêver, non ? Vivement.

D’autres propulsion sur auto-moto.com :

Essai Audi R8 RWD : les deux font l’affaire

Essai Ferrari 812 GTS : supersonique

Alpine A110 Légende GT 2021 : confort et gros moteur


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page