People

Sandy LR et François Deblaye : Les amoureux du Sacré Coeur et de Michou


Sandy, écrivaine avec La fille entre les ponts, François attaché de presse se rencontrent en 2016, Boulevard des Capucines lors d’un concert à l’Olympia d’Alain Turban. Ils se retrouvent lors de la soirée, au coin de la rue des Saules pour l’after show au restaurant La Bonne Franquette. Sans aucun doute et avec l’aide de Cupidon, ce livre et cette belle rencontre s’ouvrent sur la Butte Montmartre, endroit magique, cher aux artistes et amoureux du monde entier. La bohème, oui, la Bohème dirait un auteur bien connu, puisqu’elle a regardé dans ses yeux pour y trouver les mots du coeur, en lui disant qu’il n’y a pas d’amour heureux, si on n’est pas à la hauteur. C’est alors que commence une histoire d’amour avec la bénédiction, non pas du Saint-Père de la Basilique du Sacré Coeur, mais celle de Michou, sous son regard attentif dont François a été le relationnel le plus fidèle. Des Abbesses au Petit Café de Montmartre, en passant par les nuits les plus chaudes de la Capitale, ils deviennent les figures de proue d’un bateau qui ne cesse de naviguer dans les lieux de Paris qui pétillent et qui chantent.

Le ciment de leur histoire prend forme avec l’artisan de la chanson française Alain Turban qui leur propose une chanson extraite de sa comédie musicale La légende de Montmartre, Les amoureux du Sacré-Coeur. C’est ainsi que le texte trouve ses interprètes. Le tour de passe-passe est joué. Sandy et François se retrouvent en studio pour enregistrer leur duo et décident de poser leurs valises pour une vie ou pour une heure dans un voyage où l’éternité leur appartient. Les médias commencent à s’intéresser à leur histoire, celle d’une fille, Sandy, venant de Honfleur, dans le Calvados sa Normandie natale et de François qui a quitté il y a bien longtemps Les Côtes de Blaye pour y trouver celles de la Butte Sacrée. Les amoureux du Sacré-Coeur sont ici mieux qu’à Venise. Ils le chantent, ils le disent et ils le vivent. Une chanson peut en cacher une autre. DALI DALIDA rend hommage à l’incontournable étoile de la chanson française qui avait fait son nid rue d’Orchampt.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page