Economie

« L’impératif de limitation des dépendances prend une place nouvelle dans les stratégies commerciales »

Tribune. C’est avec stupeur que les Européens ont réalisé à quel point ils dépendaient des approvisionnements venus de Chine pour des produits aussi essentiels face à la pandémie que les masques ou certains médicaments. Mais ils ne sont pas les seuls à se préoccuper de leur dépendance extérieure : les Chinois observent avec inquiétude leur difficulté persistante à se passer des importations pour certaines technologies de pointe, tandis que les Etats-Unis s’alarment des failles de leur industrie face à la concurrence chinoise.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Guerre commerciale : l’Europe s’arme enfin

L’impératif de limitation des dépendances prend ainsi une place nouvelle dans les stratégies commerciales. Côté américain, au-delà de la guerre tarifaire de Trump, l’extension des contrôles des exportations et le bannissement d’équipementiers chinois des réseaux de télécommunication 5G sont les plus emblématiques d’une intention de réduire la dépendance à la Chine, au besoin en coupant certains liens économiques directs : c’est à un « découplage » qu’il faudrait procéder, une idée qui fait son chemin et que ne semble pas renier l’administration Biden.

La Chine y contribue aussi : le plan « China 2025 » fixait déjà, en 2015, des cibles explicites d’autosuffisance pour des technologies-clés, poursuivant une politique déjà ancienne d’« indigénisation » des technologies et des chaînes de valeur : en décembre 2020, le pays s’est doté d’une loi de contrôle des exportations qui pourrait augurer de mesures similaires à celles prises par les Etats-Unis. La « circulation duale », désormais clé de voûte de la stratégie chinoise, vise explicitement à mettre la sphère interne de l’économie à l’abri des pressions extérieures ; la circulation externe fait quant à elle référence à l’ambition de projeter sa puissance économique de par le monde.

Changement profond

L’Europe réaffirme certes sa volonté d’« engagement actif » avec ses partenaires. Mais sa politique d’« autonomie stratégique ouverte » inclut aussi le filtrage des investissements directs étrangers, le renforcement des capacités industrielles intérieures, le contrôle des exportations de technologies sensibles ; autant d’outils qui visent à « protéger les valeurs et les intérêts essentiels de l’Union européenne [UE] », selon la Commission.

Le découplage a déjà fait son chemin dans des domaines de première importance, comme Internet (applications et données) et les nouveaux réseaux de télécommunication. Dans d’autres, il est en cours. Nombreuses sont les entreprises américaines et européennes qui cherchent à diversifier leurs approvisionnements et à limiter leur exposition aux tensions internationales, tandis que la Chine s’efforce entre autres de développer un écosystème fonctionnel pour produire ses propres semi-conducteurs.

Il vous reste 58.71% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page