Auto-Moto

Essai Citroën Ami 6 : nos impressions au volant


60 ans après sa sortie, la Citroën Ami 6 continue de détonner avec son look attachant et son caractère unique. Nous reprenons le volant.

L’exemplaire dont nous avons pris le volant est l’un des plus anciens répertoriés. Fabriqué en août 1961, chez Panhard, il arbore une rare livrée vert absinthe (AC 512) avec des sièges garnis du fameux tissu feuille de houx, noir et vert. A cheval entre les millésimes 1961 et 1962, il adopte les glaces arrière coulissantes et l’ouverture de la malle depuis l’extérieur mais conserve les quatre catadioptres du modèle 1961. Autre étrangeté, qui lui est propre, sa plaque-constructeur est celle d’une… DS 19 ! Sans doute l’ouvrier qui en assurait le montage n’avait-il plus de plaque Ami dans sa caisse à outils…

=> L’histoire secrète de la Citroën Ami 6

Si l’accès à bord nécessite de bien baisser la tête, on se retrouve parfaitement installé sur une banquette dont le moelleux n’a pas grand-chose à envier à celui d’une DS. Lui aussi repris à la grande sœur, le volant monobranche se révèle agréable malgré son implantation semi-horizontale. La mise en route de la mécanique, à l’aide d’une tirette, réclame de longues secondes, le démarreur n’étant alimenté qu’en 6 volts (le 12 volts n’apparaît qu’en mai 1966). Le bicylindre s’ébroue dans une sonorité caractéristique, dont le feulement diffère subtilement de celui de la « Deuche ». Avec une cylindrée portée de 425 à 602 cm3, la puissance fait un bond colossal de 12 à… 22 chevaux SAE. Une cavalerie qui, contre toute attente, suffit à correctement animer les 640 kg (!) de l’engin, à condition de bien monter les rapports, à l’aide du fameux levier de vitesses en « canne de parapluie ». Une manœuvre facilitée par des petits repères situés sur le tachymètre !

=> VIDEO – Citroën : les 20 modèles mythiques 1/2 

=> VIDEO – Citroën : les 20 modèles mythiques 2/2 

Une fois la 3ème poussée, on atteint après quelques centaines de mètres un bon 100 km/h chrono. Le tout dans un confort de suspension dont feraient bien de s’inspirer les constructeurs de limousines. Côté comportement, la 6 est littéralement « rivée par terre », au prix d’un roulis à peine moins prononcé qu’à bord de la 2 CV. La recette est la suivante : anticiper en lisant la route, ne jamais couper les gaz, juste les soulager une micro-seconde en entrée de virage et tenir très fermement le cerceau ! Ainsi conduite, l’Ami 6 vous emmènera au bout du monde, demeurant encore aujourd’hui « le kilomètre-confort le moins cher », comme le vantait la réclame de l’époque.

A lire sur auto-moto.com : 

La 2CV n’est plus la voiture de collection la plus vendue

Les modèles qui passent en collection en 2021

La marque DS est-elle en train de piller l’héritage de Citroën ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page