Femme

Ces célébrités accusées d’appropriation culturelle ont fait scandale pour ce détail

  • Kim Kardashian

    Plus récemment, la vedette qui fait et défait le buzz sur la toile, a de nouveau été la cible des internautes. Kim Kardashian a cette fois-ci été attaquée à cause de sa nouvelle ligne de lingerie, lancé le 25 juin 2019, une gamme de sous-vêtements gainant, qu’elle a baptisé « Kimono », une appellation qui lui a de nouveau valu des accusations d’appropriation culturelle. En effet, ce produit n’a rien à voir avec le vêtement traditionnel japonais, et la récupération de ce terme symboliquement très fort dans la culture japonaise, a valu à la créatrice de vives critiques sur les réseaux sociaux, l’accusant de dénigrer le kimono et d’assimiler un vêtement ancestral à de la lingerie sculptante. Même si le jeu de mots avec le prénom Kim semblait évident, les internautes ont exprimé leur mécontentement avec le hashtag #KimOhNo. Face à ce tsunami, la business woman a décidé de changer le nom de sa marque, le 1er Juillet 2019.

  • Pamela Anderson

    L’actrice américaine est au cœur d’une polémique suite à un cliché d’elle posté sur son compte Instagram, à l’occasion d’Halloween. Bien que très osé, ce n’est pas la raison pour laquelle les photos n’ont pas plu aux internautes, mais le costume d’Halloween de la star américaine comprenait un couvre-chef indien traditionnel et c’est ce dernier qui a enclenché la colère des twittos, qui ont beaucoup critiqué la publication. En effet, pour eux, Pamela est coupable d’appropriation culturelle et de nombreux internautes n’ont pas hésité à lui dire tout le mal qu’ils pensaient de son costume, allant jusqu’à l’accuser de racisme et d’insensibilité. Cette dernière ne s’est pas exprimée sur les réseaux sociaux suite à cet incident mais a tout de même posté un lien sur Twitter dirigeant vers un article intitulé “The Illogic of Cultural Appropriation” (“L’illogisme de l’appropriation culturelle”).

  • Gwen Stefani

    La chanteuse Gwen Stefani a fait l’objet de critiques en 2005 et 2006 pour son apparition avec un groupe de femmes américaines d’origine asiatiques qui l’ont accompagnée à des apparitions promotionnelles et à d’autres événements. Stefani a appelé les femmes «filles Harajuku» d’après les femmes qu’elle a rencontrées dans le district de Harajuku à Tokyo. Au cours d’une interview avec Entertainment Weekly, Stefani a qualifié les «filles de Harajuku» de projet artistique et a déclaré: «La vérité, c’est que je disais à quel point cette culture est formidable.» La chanteuse a été critiquée pour cet attachement à la culture Harajuka japonaise, accusée d’appropriation culturelle, et d’instrumentalisation des femmes japonaises qui l’accompagnaient, et ce à des fins commerciales.

  • Justin Bieber

    Justin Bieber ne semble pas retenir les leçons du passé, la pop star est de nouveau accusée d’appropriation culturelle. En effet, le chanteur avait déjà suscité une vive polémique en 2016, en arborant des dreadlocks lors de la cérémonie des IHeatRadio Music Awards, et il avait déjà choqué bon nombre d’internautes à l’époque, qui l’accusaient d’actes d’appropriation culturelle auprès de la communauté noire. Si le chanteur canadien ne s’était pas exprimé sur cette controverse à l’époque, il s’était tout de même coupé les cheveux. Mais voilà que cinq ans plus tard, l’interprète de «Changes» récidive et a posté récemment une photo de lui sur Instagram, à son retour de vacances, le 26 avril dernier. De nouveau des dreadlocks pour Justin Bieber, qui s’est attiré aussitôt les foudres d’une partie des internautes, et des commentaires de fans assez mitigés, plutôt déçus par le changement capillaire de la star, ils n’ont pas hésité à critiquer son choix de coiffure récent, lui demandant de faire montre de plus de sensibilité au sujet de l’appropriation culturelle.

  • Adele

    La célèbre et talentueuse Adèle est très présente sur les réseaux sociaux depuis sa transformation physique radicale, elle est fière de sa nouvelle silhouette amincie, et n’hésite pas à poster des photos de sa métamorphose pour le plus grand bonheur de ses fans. Mais la chanteuse a désormais créée le buzz pour une autre raison et elle est au cœur d’une toute nouvelle polémique qui n’a rien à voir avec son poids. Lors du Carnaval de Notting Hill, en aout dernier, la chanteuse britannique a voulu rendre hommage à la communauté afro-caribéenne et elle a posté une photo de son look sur Instagram, la chanteuse ne s’attendait probablement pas à recevoir une telle avalanche de critiques de la part des internautes. Adèle avait porté pour l’occasion un haut de maillot de bain aux couleurs du drapeau jamaïcain et des plumes jaunes dans le dos, mais c’est sa coiffure qui a déclenché un véritable tollé, elle avait opté pour des nœuds bantous dans les cheveux, ou « Bantu knots », une coiffure traditionnelle africaine, ce qui a fortement dérangé les nombreux internautes, qui lui ont aussitôt demandé de supprimer sa photo.

  • Kim Kardashian

    La reine des réseaux sociaux, Kim Kardashian est également une star incontestée de la télé réalité, avec une influence considérable et une communauté importante.

    Mais Kim K est également la reine des scandales et des controverses, elle a été accusée d’appropriation culturelle inacceptable en se présentant avec des “cornrows” (des longues tresses collées), à la Fashion Week de Paris pour la dernière collection de son futur ex-mari Kanye West, en s’attirant les foudres des internautes au passage, qui ne se sont pas gênés pour tacler violemment la vedette. D’autant que Kim K s’était déjà retrouvée au cœur d’une polémique similaire, avec toujours les dreadlocks de la discorde en ligne de mire.

  • Katy Perry

    Lors des American Music Awards en 2013, c’est la chanteuse Katy Perry qui avait froissé la communauté japonaise en arborant une tenue de Geisha pendant sa performance, outre le traditionnel kimono, la star avait également une ombrelle, des fleurs de cerisier de des lanternes japonaises en papier, la panoplie complète en somme. Encore une fois, c’est l’appropriation culturelle qui est mise en avant ici, la star s’est attiré les foudres des téléspectateurs à cause de sa tenue, jugée comme une fétichisation du Japon. Katy Perry l’a décrit comme un hommage à la culture asiatique mais les américains d’origine asiatique n’ont pas vu cela d’un très bon œil et ont contesté cette évaluation.

  • Jennifer Lopez

    La chanteuse Jennifer Lopez a été choisie pour mener un hommage vibrant à la Motown pour les 60 ans de l’emblématique maison de disques, durant la cérémonie des Grammy Awards 2019. A ses cotés le chanteur Ne-Yo et la légende Smokey Robinson, la chanteuse Alicia Keys présente également, était l’animatrice de la soirée. Mais c’est la chanteuse latino-américaine qui a reçu une avalanche de critiques suite à sa performance sur scène. La polémique soulevée par J-Lo est dû à son interprétation personnelle des classiques de la Motown records, mais si les internautes ont réagi aussi négativement, c’est parce que les gens se sont demandés pourquoi le label noir n’avait pas été honoré d’un hommage dirigé par un artiste noir. Jennifer Lopez en prend pour son grade et sa prestation ne fait guère l’unanimité, certains internautes n’hésitant d’ailleurs pas à proposer des noms d’artistes afro-américains ayant pu prendre la place de la bomba latina sur la scène du Staples Center.

  • Katy Perry

    La chanteuse s’est déguisée en femme afro-américaine dans son clip « This is how we do » (2014), elle arborait des nattes africaines, des « cornrows » dans les cheveux, coiffure typique et à la charge symbolique forte d’Afrique noire, la chanteuse très controversée est alors interrogée par le militant Deray Mc Kesson, du mouvement, « Black Lives Matter », et elle a dû s’excuser d’avoir repris des éléments de culture afro-américaine dans ces clips. Katy Perry a dit lors de l’échange qu’elle l’avait fait en toute méconnaissance du concept d’appropriation culturelle, et qu’elle serait plus consciente désormais : « Je ne comprendrai jamais, mais je peux m’éduquer et c’est ce que j’essaie de faire en cours de route. »

  • Addison Rae

    Addison Rae, une des stars les plus célèbres de Tik Tok, a été également accusée d’appropriation culturelle, en apparaissant dans le show télévisé de l’animateur NBC Jimmy Fallon, « Le Tonight Show ». Lors d’un épisode récent de l’émission, Addison Rae été censée démontrer à l’animateur, les noms des danses virales qu’elle avait reproduit et présentées lors de ses chorégraphies, cela sans mentionner devant les millions de téléspectateurs, le fait que les nombreux utilisateurs de Tik Tok qui ont crée les danses sont des Noirs. Elle s’est tout simplement appropriée les mouvements des danseurs noirs, qui en sont les créateurs originaux et ce sans les créditer. Un «oubli » qui passe mal auprès du public et des internautes.

  • Jennifer Lawrence

    Une campagne de Dior qui visait prétendument à célébrer la culture mexicaine, a mis en vedette une célébrité blanche pour son shooting photos ; il s’agit de l’actrice Jennifer Lawrence, qui n’a aucun héritage mexicain. La nouvelle publicité de Dior a été mal perçue et Jennifer Lawrence est accusée d’appropriation culturelle. Des centaines de commentaires ont fusé sur les réseaux à la suite de cela, et qui posaient essentiellement la même question. Une personne a même écrit qu’elle ne pouvait pas croire que Dior avait « l’audace de présenter un modèle blanc pour le visage d’une ligne inspirée de la culture mexicaine». Quelqu’un d’autre a demandé : « Il n’y a donc pas d’actrices mexicaines pour représenter une collection d’inspiration mexicaine?»

  • Rita Ora

    La chanteuse Rita Ora a été elle aussi accusée d’appropriation culturelle et elle a été critiquée en ligne. Les accusations sont apparues récemment sur Twitter, des milliers de followers ont été choqués d’apprendre que la chanteuse britannique Rita Ora n’est en fait ni noire, ni métisse. Et pour cause, selon le Daily Mail, Rita Ora et sa famille sont originaires d’Albanie, un pays qu’ils ont fui en 1991 pendant une longue guerre à l’époque. En effet, ses deux parents sont des Albanais blancs. Dans un tweet devenu viral, la chanteuse apparait portant des tresses, des nattes collées, des coiffures tout ce qu’il y a de plus afro, un vrai contraste avec ses origines albanaises blanches. Mais alors, pourquoi la chanteuse semble cultiver cette ambigüité à propos de ses origines et son identité ? Pour la chanteuse, il s’agit juste de coller au plus près de la cool attitude des codes de la pop culture du courant musical actuel, mais ses fans ne sont pas d’accord.

  • Selena Gomez

    La chanteuse Selena Gomez, a été mise en cause, elle, lors des MTV Movie Awards en 2013. En effet, lors de son show, notamment en interprétant “Come and Get It”, la chanteuse pop était vêtue d’une tenue indienne traditionnelle, portant même le fameux Tilak ou Bundi, la marque que les Hindous ont sur leur front. Des dirigeants de l’Universal Society of Hinduism l’ont même fortement critiquée pour son appropriation sexuée du symbole de la religion hindoue.

  • Rita Ora

    Les fans de la pop star, déçus par la chanteuse, l’ont accusé explicitement de « Blackfishing », littéralement « Pêche au noir » en français, ou le fait de se faire passer pour une personne africaine ou ayant des ancêtres africains, et s’approprier tout bonnement l’héritage culturel africain. Il semblerait que ce n’est pas la première fois que les origines de la chanteuse soulèvent une telle controverse.
    En 2016, lors d’une émission où la chanteuse était interviewé par Wendy Williams, Rita Ora a précisé qu’elle n’avait jamais prétendu être noire et lorsque Williams a dit à la chanteuse: “Je pensais que vous étiez à moitié noire et à moitié blanche, ou quelque chose du genre.”, ce à quoi la chanteuse a répondu :
    « Maintenant, tout le monde le fait, je pourrais tout aussi bien l’être, mais non, je suis albanaise », la chanteuse ne s’est pas exprimée plus que ça, ce qui est loin d’avoir enchanté ses fans, qui se sentant abusés, ont reproché à la chanteuse de s’approprier la culture noire, et d’avoir entretenu le mystère et l’ambiguïté autour de son origine ethnique durant tout ce temps.

  • Gwen Stefani

    À la fin des années 1990, la chanteuse récidive en arborant également régulièrement un bindi, un symbole que portent les femmes indiennes, lors de ses apparitions avec son groupe No Doubt.




  • Source link

    Afficher plus

    Articles similaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Bouton retour en haut de la page