Economie

les parcs d’attractions regrettent une ouverture tardive

Disneyland Paris n’a pas encore donné de date de réouverture dans le cadre du déconfinement.

Ils seront parmi les absents du déconfinement du 19 mai. Alors que les commerces, terrasses et lieux culturels rouvriront à cette date, les parcs d’attractions devront attendre le 9 juin. Rassuré d’être exempté de passe sanitaire pour ses visiteurs, le secteur regrette toutefois ce calendrier, se disant prêt à rouvrir.

Les professionnels évoquent notamment un risque de contamination amoindri par la prédominance des activités en plein air et l’efficacité des protocoles sanitaires déjà mis en place la saison précédente – aucun cluster n’avait été recensé l’été 2020 dans les établissements de loisirs.

Dans le sillage des annonces gouvernementales sur le déconfinement, celles du secrétaire d’Etat chargé du tourisme ont semé le trouble la semaine dernière. Les « parcs à thème pourront rouvrir dès le 19 mai », avait rapporté Jean-Baptiste Lemoyne, interviewé par RMC, jeudi 6 mai. Mais « les attractions en elles-mêmes, au sens juridique du terme, ce sera le 9 juin », avait-il ajouté.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « C’est très calme, mais c’était voulu » : potion amère pour les parcs d’attractions

« Ouvrir un musée sans tableau »

« On ne comprend pas bien ce calendrier », confie Arnaud Bennet, président du Syndicat national des espaces de loisirs, d’attractions et culturels (Snelac), rappelant que certains lieux de loisirs, comme les parcs zoologiques, pourront rouvrir en même temps que les musées, cinémas et théâtres.

« Ouvrir sans nos attractions, c’est comme ouvrir un musée sans tableau », poursuit Dominique Marcel, directeur de la Compagnie des alpes (CDA), qui détient de nombreux parcs d’attractions, dont le Parc Astérix et le Futuroscope, respectivement troisième et quatrième sites de loisirs les plus fréquentés en France. « Les lieux culturels sont des espaces avec bien plus de densité de population que nos parcs », précise-t-il.

Alors que certains pays européens ont déjà rouvert leurs parcs d’attractions, les professionnels du secteur regrettent que la France soit « à la traîne ». En Belgique, le parc Walibi, qui appartient à la CDA, accueille à nouveau des visiteurs depuis le 8 mai. « Le jour de l’ouverture, nous comptions 30 % de Français », détaille M. Marcel. Ce dernier a par ailleurs bien cru qu’il ne pourrait rouvrir ses parcs en France le 9 juin en raison des atermoiements de ces derniers jours sur le passe sanitaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Disneyland Paris, le royaume désenchanté

Dans un avis au gouvernement rendu public le 4 mai, le conseil scientifique préconisait en effet le recours au passe sanitaire à l’entrée des festivals et des parcs de loisirs, afin de permettre « une forme de retour à la normale en minimisant les risques de contamination ».

Il vous reste 65.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page