Femme

Body positivisme : la France, encore à la traîne, selon un sondage

L’objectif ? Que les femmes s’assument et n’aient plus peur de se montrer en maillot de bain ou en robe ! Mais alors que la plupart des pays du monde semblent très engagés sur le sujet, la France, elle, reste à la traîne…

S’assumer toute l’année, mais encore plus en été !

Né de l’émergence des mouvements féministes tels que #MeToo, #BalanceTonPorc ou #JaiPasDitOui, le body positivisme encourage l’acceptation de soi et de son corps. Inscrite dans une démarche de réappropriation personnelle, cette tendance a le vent en poupe sur les réseaux sociaux et plus particulièrement sur Instagram, où de nombreuses photos sont postées chaque jour, notamment par des femmes qui s’affichent fièrement en maillots de bain.

À l’approche de l’été, alors que les corps s’apprêtent à se dénuder plus que de nature, le body positivisme prend encore plus de sens. En effet, par peur d’être jugées sur leur physique, de nombreuses femmes hésitent à porter des shorts, des jupes, des robes ou même des hauts à petites bretelles. Au cœur de toutes les angoisses, le maillot de bain semble aussi être l’ennemi de beaucoup d’entre elles. Malgré l’envie de prendre le soleil C’est dans ce cadre, que le body positivisme intervient avec bienveillance et encourage toutes les femmes à avoir de l’indulgence envers elles-mêmes. Petites, grandes, rondes, minces, qu’importe la couleur de peau ou la nature des cheveux : chaque femme est belle à sa manière.

Un mouvement trop peu suivi par la France

Avec l’appui d’Instagram, le body positivisme jouit d’une excellente visibilité et d’une couverture médiatique à toute épreuve. Si la Grande-Bretagne se trouve être la grande championne quant à l’appropriation de ce concept, les États-Unis et l’Irlande ne sont pas bien loin derrière. En revanche, du côté de la France, le chemin est  encore long… l’Hexagone se trouverait dans les bas-fonds du classement avec une parution médiatique de seulement 494 articles pour un total d’environ 23 000 recherches sur Internet.

Du côté des influenceurs, le bilan n’est pas faramineux non plus… En effet, même si nombre d’entre eux n’hésitent pas à se montrer en maillots de bain, il se trouve que seulement 4,30% des photos postées par le top 10 des influenceurs fitness traitent directement de l’inclusivité et du body positivisme. Un pourcentage bien trop bas compte tenu du nombre de personnes qui cherchent à s’identifier à des figures d’acceptation et de tolérance.

Les marques à la rescousse

Pour pallier à cette angoisse de plus en plus insistante et rejoindre le célèbre mouvement, plusieurs marques de vêtements ont décidé de bousculer leurs standards classiques. Exit les lignes de prêt-à-porter spécialisées dans les tailles 36 ! Aujourd’hui, la mode est à la diversité et à l’inclusivité. Asos, Etam, Levi’s, H&M ou encore la prestigieuse enseigne Ulla Popken qui est spécialisée dans les grandes tailles à partir de 44 et dispose de toute une ligne de maillots debain à destination des femmes aux formes généreuses… ils sont de plus en plus nombreux à vouloir répandre le body positivisme dans le monde entier.

Ces dernières années, même les marques de luxe ont commencé à s’inscrire dans le mouvement. Ainsi, des défilés prônant la visibilité et le respect de toutes les morphologies sont régulièrement organisés de par le monde.

Les stars s’érigent en porte-parole

Argument de vente ou machine à rêves, toujours est-il que le body positivisme inspire de nombreuses célébrités à travers le monde. Chanteurs, acteurs, mannequins, le principe de l’acceptation de soi touche tous les âges et tous les sexes.

Pour certaines stars, comme Alicia Keys, le body positive peut être relatif au maquillage. En effet, depuis plusieurs années déjà, la chanteuse américaine prône le « no make-up » et assume sa beauté au naturel. Beth Ditto, Demi Lovato, Ashley Graham ou encore Rebel Wilson se sont peu à peu érigées en tant que véritables ambassadrices du mouvement et n’ont plus peur de s’afficher sur les réseaux en maillots de bain ou en sous-vêtements. Par ailleurs, elles prennent régulièrement la parole sur le sujet et poussent souvent des coups de gueule contre la société et ses diktats physiques.

Objectif : rompre avec les stéréotypes

S’il est facile de croire que le body positivisme prône l’obésité ou l’anorexie, il n’en est pourtant rien. Destiné à tous les sexes, toutes les couleurs de peau et tous les âges, il est important de rappeler que ce mouvement est avant tout supposé célébrer le corps dans son entièreté, avec toutes ses grandes qualités et tous ses petits défauts. Le but est de rompre avec le stéréotype de la beauté idéale. Le message est clair : il n’y a pas qu’une beauté mais plein de beautés différentes et il convient de s’accepter tel que l’on est pour vivre heureux et serein.

Dans l’objectif de donner plus de crédit au mouvement, certains photographes professionnels ont fait le choix d’arrêter de photoshopper leurs clichés. Ainsi, bourrelets, vergetures, cellulite et autres coquetteries en tous genres restent apparentes et ce, même lorsque l’on pose en maillot de bain. Dans le même genre, certains mannequins défilent et posent non épilées, tandis que l’auteure Joan Didion, âgée de 80 ans à l’époque, a été choisie comme égérie de la marque Céline en 2015.

Du côté des enseignes beauté, il est désormais de rigueur de créer des collections pouvant convenir à toutes les couleurs de peau. C’est pourquoi les lignes de cosmétiques et de maquillage se diversifient au maximum et proposent désormais différentes nuances de fond de teint.

Enfin, il est important de rappeler que le body positivisme n’est pas une obligation quotidienne. Il n’empêche en rien d’avoir des complexes et n’exige pas de s’admirer 100% du temps. L’essentiel est simplement de savoir que l’on est capable de s’aimer tel que l’on est…




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page