People

Arielle Dombasle cash sur son expérience avec la drogue : “C’était terrible”


Durant toute sa vie, Arielle Dombasle a côtoyé les plus grandes soirées de la haute société. La chanteuse, désormais âgée de 60 ans – comme elle l’a assuré, passeport américain pour preuve, dans une interview – révèle ses secrets et l’avoue : elle a déjà touché à la drogue. Invitée de l’émission On ne répond plus de rien (RTL) le samedi 8 mai 2021, Arielle Dombasle en a dit un peu plus sur ses différentes addictions.

“J’ai été accro au Red Bull, avoue-t-elle. Je jouais Don Quichotte contre l’Ange bleu, je jouais l’Ange bleu, c’était une pièce de [Jérôme] Savary. C’était très long. Je devais chanter, danser, courir, jouer, sauter, etc. Et le Red Bull me donnait un boost, c’est vrai.” De quoi titillerLaurent Baffie . “Maintenant, elle est à la coke“, lance-t-il.

“Justement, j’ai joué une fois sous coke, révèle Arielle Dombasle, honnête comme rarement sur sa consommations de substances illicites. “C’était terrible parce que j’ai pris toutes les répliques de mon partenaire, j’ai joué la pièce à moi toute seule. Je n’aime pas, je trouve que ça fait mal à la tête. Et les effets, je trouve que c’est une fausse euphorie“, développe-t-elle. Un beau message de prévention qui saura toucher la jeune génération.

La consommation de drogues d’Arielle Dombasle semble bien maigre face à ce que son mari, Bernard-Henri Levy, semble expérimenter. Dans un numéro de Complément d’enquête (France 2), elle expliquait que son homme écrivain aimait “les phychotropes“. “Il aime maîtriser la chimie. Il a recours, je vous le dis, à des armes. Ce qui est important pour lui, c’est son oeuvre et ce sont ses combats et par conséquent, tout est permis pour arriver à ses fins. C’est un grand stratège (…) Quand je vois son regard extraordinairement fixe comme ça… une espèce de chose avec un horizon très lointain et dur, je me dis ‘Ah la… Y’a de la chimie qui est passée par là’“, racontait-elle en 2014.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page