Femme

Vélos électriques : louer ou acheter ?

Pour pratiquer le <vélotaf>, faire ses courses, emmener les enfants à l’école, passe un week-end au grand air…L’électrique a tout bon. Un moyen pratique pour se déplacer en ville sans utiliser les transports en commun bondés, ou en remplacement de sa voiture. Partout, les pistes cyclables se développent, et les subventions publiques rendent plus abordables cet achat qui reste tout de même conséquent. Et en prime c’est un bon exercice physique. Si on bouge (même avec l’électrique, on fait tout de même quelques efforts) une demi-heure par jour on s’en portera mieux même moralement, puisqu’on produit naturellement des endorphines, cette hormone du plaisir. Si on hésite encore à se remettre aux deux roues, on peut louer avant d’acheter, surtout si vos derniers souvenirs de deux roues remontent à l’école primaire. A Paris il existe désormais des Vélibs électriques, de couleur bleue. C’est la solution la moins chère, mais malheureusement ces vélos, très utilisés par les coursiers en particulier ne sont pas toujours en bon état, ni à votre taille.

Une location de six mois

Si l’on n’est pas totalement décidée à acheter un vélo, on peut tester sa détermination,grâce à Véligo Location, le vélo à assistance électrique lancé par la Région Ile de France. De couleur bleu turquoise pimpante, il est à vous pour 6 mois (renouvelable une fois pour 3 mois). Vous vous en occupez comme si c’était le vôtre, y compris pour la recharge de la batterie amovible, pour 40 euros par mois. Attention l’assurance est en option, mais elle fortement recommandée car en cas de vol ou de dégradation, les frais seront à votre charge. Prévoir en plus 7,10 euros par mois en plus). Il est solide quoiqu’un peu lourd (20kg). Et en prime, vous pouvez choisir les déclinaisons biporteur (80 euros par mois) ou triporteur (80 euros par mois, louable seulement 3mois) pour transporter courses et enfants. Ensuite si l’expérience vous a pu, vous pouvez sans regret vous lancer dans un achat.

Tendance vintage

Celles qui ont la nostalgie du Solex pourront se procurer le vélo de la marque, qui reprend tous les codes de la mobylette de 1946. C’est à présent un vélo à assistance électrique raffiné, fabriqué en France à Saint Lô. Passage de vitesses fluide, moteur central intégré, freins à disque hydrauliques, bonne suspension et selle confortable, il a quasiment tout bon. A partir de 1521 euros, l’iconique modèle 46. 

Vélo pliable

Peu de place à la maison ? Le vélo électrique existe aussi en version pliable. Il se range facilement dans un coffre de voiture, dans une armoire de bureau. De la marque spécialiste Eovolt, il ne pèse que 14 kg contre au moins 20 kg pour les modèles standards et se plie en 10 secondes. Sa batterie est intégrée dans la tige de la selle et son cadre est en alliage d’aluminium. Plusieurs couleurs mais 1499 euros tout de même.

Transport familial

Avec des enfants, ou un chien vous pourrez être tentée d’acheter un vélo cargo. Un véritable investissement mais si vous faites régulièrement des transports en famille, ou les courses de la semaine, ça peut valoir le coup. En choisissant par exemple le Long Trail Yuba, Superbe, solide et cher (4750 euros). 

Détecter les tentatives de vol

Limiter les risques de vol ? C’est un vrai problème car rien qu’à Paris, quelques 500 vélos sont dérobés chaque mois. Grâce àun système électronique embarqué, le nouveau vélo Voltaire détecte tout seul les tentatives de vol et sonne quand un importun approche. Avec une appli spéciale, il prévient son propriétaire et permet de traquer sa position avec un smartphone. Des vélos de ville vintage de fabrication française, avec une séduisante couleur vert anglais, un moteur de 220 watts, deux modes d’assistance éco et vif et une batterie amovible dissimulée sous la selle. 2390 euros, c’est le prix de l’élégance !

Eco-responsable

Les plus écolos seront intéressées par le vélo à assistance électrique recyclable Möbius. Le cadre est à 70% en bambou à 30% en aluminium recyclé, sa selle en cuir végétal, son système de transmission à courroie plus durable qu’une chaîne traditionnelle et il ne pèse que 17,5 kg. 1998 euros, prix de lancement. 

Limiter les frais

Passer à l’électrique demande une mise de fond importante et heureusement, les aides sont nombreuses. Certaines régions comme l’Ile de France, l’Occitanie, les Pays de Loire et la Corse subventionnent l’achat d’un vélo électrique jusqu’à 600 euros (pour un vélo cargo). A Paris, c’est 400 euros pour l’achat d’un vélo électrique et 600 euros pour celui d’un vélo cargo. Cette aide est cumulable partiellement avec celle de la Région Ile de France (jusqu’à 500 euros). Les sociétés peuvent également prendre en charge une partie du coût des trajets vélo-boulot jusqu’à 500 euros par an, à condition qu’une convention ait été passée avec votre comité d’entreprise.

Par Dominique Savidan




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page