People

Tarik (The Voice) récupère la place de The Vivi en demi-finale : “On ne s’attendait pas à une telle histoire” (EXCLU)


Plus que quelques jours avant la demi-finale de The Voice ! Ils ne sont plus que huit Talents à espérer remporter la victoire de cette dixième saison, à savoir Mentissa, Jim Bauer, Arthur, Cyprien, Niki, Giada, Marghe et Tarik. Il n’était pourtant pas prévu pour ce dernier, dans l’équipe de Marc Lavoine, d’atteindre cette étape de la compétition. Et pour cause, lors des cross-battles, il s’est incliné face à The Vivi. Mais en raison du scandale dans lequel le candidat a été impliqué, la production a pris la décision de mettre fin à son aventure. Tarik a donc été repêché pour la demi-finale. Purepeople.com s’est entretenu avec le jeune homme qui est loin de démériter et espère être un fidèle représentant du rap dans l’émission.

Lors des auditions à l’aveugle, vous avez frappé fort d’entrée en faisant un slam sur un titre de Grand Corps Malade. Après quoi, vous avez dévoilé un extrait de l’une de vos compositions sur l’avortement qui a bouleversé les coachs. Quel est votre rapport au rap ? Et pourquoi choisir d’évoquer des sujets forts comme ceux-là ?

Le rap et le slam sont vraiment des milieux dans lesquels je veux évoluer. Ce sont des musiques que j’écoute depuis que je suis petit, ça me marque encore aujourd’hui dans mon développement artistique. Le sujet de l’avortement, je sais que c’est un sujet qui est important et sensible, et j’avais envie de me mettre à la place d’une femme à travers cette chanson pour essayer de comprendre. Aujourd’hui, on est dans une société où c’est hyper important de se mettre à la place des gens, c’est ce qui amène à la tolérance, c’est primordial.

Vous pensez que dans The Voice, il y a de la place pour le rap ?

Bien sûr ! Ce à quoi je ne m’attendais pas était que je sois un des représentant de ce registre cette année. Et c’est une grande fierté.

Vous avez intégré l’équipe de Marc Lavoine. Qu’avez-vous appris à ses côtés ? Comment se passaient les coachings ?

J’ai appris mille et une chose ! Ce coach est incroyable. Il m’a appris tant sur les messages de chansons, sur la façon de les interpréter, il m’a fait canaliser mon énergie, jouer avec les regards… Il m’a appris énormément. C’est un grand coach et les séances de coaching se passaient extrêmement bien. Marc est toujours très impliqué avec tous ses Talents, il se prend vraiment la tête pour nous et il prône la bienveillance.

Maintenant, vous êtes en demi-finale… Ce qui n’était pas prévu ! Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ?

Quand j’ai appris la nouvelle, c’était une grande surprise ! Je ne savais pas trop comment réagir, ni si j’avais envie de retourner dans l’aventure, puis je me suis dit qu’une demi-finale de The Voice ça ne se refusait pas. En ce moment, il n’y a pas de scène, il faut vraiment en profiter. Quand j’ai été éliminé des cross-battles, j’ai réalisé tout le parcours que je venais d’accomplir, j’étais déjà hyper heureux et fier. Marc Lavoine était très triste, ça m’a touché mais je lui ai dit que j’avais beaucoup appris. Il a appris mon retour après et c’est lui qui m’a directement contacté, il m’a dit qu’on allait bien travailler pour proposer un beau spectacle.

Que pensez-vous de l’affaire The Vivi ? Avez-vous eu l’occasion d’échanger avec lui après avoir récupéré sa place pour la demi-finale ?

Bien sûr, il m’a totalement encouragé à y aller et à donner le meilleur de moi-même pour représenter notre culture musicale, pour lui c’était vraiment le rap, moi c’est le rap et le slam. Concernant l’affaire, c’était une surprise, on ne s’attendait pas à une telle histoire. Vivi fait partie de la famille The Voice et il en fera toujours partie. On a essayé de le soutenir au mieux, c’était loin d’être une épreuve facile pour lui mais le mieux qu’on pouvait faire c’était lui apporter tout notre soutien.

Comment avez-vous vécu le tournage particulier de cette saison de The Voice, marqué par des mesures sanitaires strictes, l’absence de public, etc ?

Comme je n’avais pas d’élément de comparaison, je ne l’ai pas vraiment mal vécu ou bizarrement vécu. Je me demande si l’absence de public ou de proches autour de nous n’a d’ailleurs pas participé à notre rapprochement entre Talents. J’imagine que les années précédentes, les candidats restaient davantage avec leurs familles et allaient moins se voir les uns et les autres. Nous, on s’est tout de suite rencontrés et ça a construit la famille.

Quels sont les candidats que vous redoutez le plus pour les directs ?

À la base on était 34 000 à tenter notre chance, maintenant on est plus que huit, c’est incroyable. Je les admire tous les Talents, ils sont tellement forts. Je suis fier d’avoir ma petite place à côté d’eux. Alors oui, je les redoute tous mais je les admire, ils ont tous leur univers. Je ne pense pas qu’il y en ait un qui sorte plus qu’un autre du lot selon moi parce qu’ils ont tous quelque chose à apporter. C’est ça qui est beau dans cette saison.

Maintenant que vous avez eu l’opportunité de réintégrer la compétition, votre but, c’est de gagner coûte que coûte ?

Oui bien sûr, c’est un jeu, on a forcément envie de gagner. Mais moi j’ai déjà perdu (rires). Alors, je sais ce que ça m’a fait de perdre et ce n’était pas du tout décevant. On a déjà tout gagné. On a fait des rencontres de dingue, des belles scènes, c’est que du bonus pour tout le monde et on va tous se donner au maximum pour faire un beau spectacle, c’est le principal. Après oui, il y aura un gagnant et on sera ravi pour lui et il le méritera.

Votre notoriété est en plein essor, comment le vivez-vous ?

Au début c’était un petit peu étonnant, mais c’est pas follement dingue non plus. Ma vie n’a pas changé. Je continue d’aller en stage de kiné, quelques personnes m’ont reconnu, c’est toujours satisfaisant et agréable d’être reconnu pour ses prestations et son travail, ça me fait plaisir. Je suis heureux d’avoir tous ces gens qui me soutiennent. C’est un amour que je ne soupçonnais pas.

Comment envisagez-vous l’après The Voice ?

J’y pense un petit peu mais je suis concentré sur le présent, c’est mieux pour moi aussi de faire step by step. Mais je sais que j’ai quelques petites chansons en stock, je travaille sur d’autres compositions, donc pourquoi pas sortir quelques singles, et après un EP ou un album.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page