Acceuil

Un rapport du Sénat français indique que les responsables n’ont pas tenu compte des avertissements relatifs aux stocks de masques

Le rapport, qui est le fruit de plusieurs mois d’auditions et d’enquêtes par une commission d’enquête du Sénat, accuse également Jérôme Salomon, haut responsable de la santé, d’avoir tenté de dissimuler le faux pas présumé.

Salomon dirige la Direction générale de la santé du pays, qui élabore et exécute la politique de santé. L’agence a défendu ses actions et a nié tout acte répréhensible.

Le rapport accuse Salomon d’avoir commandé un stock de seulement 100 millions de masques chirurgicaux il y a deux ans, malgré les recommandations d’un comité indépendant d’experts de la santé publique selon lesquelles le pays conserverait 1 milliard de dollars en cas d’urgence.

Le rapport comprenait des courriels fournis par Salomon, qui, selon lui, montrent qu’il “est intervenu directement” pour tenter de pousser le comité à modifier son mémo de recommandations sur les stocks de masques. Il a également allégué que la version accessible au public de ces recommandations avait été modifiée par rapport à la version initiale.

Dans un communiqué publié jeudi soir, la Direction générale de la santé a nié que Salomon ait exercé des pressions indues sur le comité indépendant concernant ses recommandations sur les stocks d’EPI.

Il a également déclaré que Salomon avait été complètement transparent – soulignant le fait qu’il avait volontairement fourni ses échanges de courriels avec les membres de la commission.

“Des discussions ont eu lieu entre la direction générale de la santé et l’agence française de santé publique pour apporter des modifications aux rapports, échanges qui s’inscrivent dans une relation normale entre un organisme public sous tutelle et son autorité de tutelle dans le cadre de ses missions”, Déclaration de la Direction de la Santé.

Les changements qui en résultent “ont été acceptés par tous les contributeurs”, a-t-il précisé.

La Direction générale de la santé et l’agence de santé publique française – qui est en charge de la surveillance épidémiologique – font partie du ministère français de la Santé.

La sénatrice Catherine Deroche, membre du parti conservateur de l’opposition qui a siégé au comité, a déclaré que la décision de 2018 s’était avérée coûteuse pour les contribuables français.

La France a dépensé 450 millions d’euros (546 millions de dollars) en masques cette année. S’ils avaient commandé les masques en 2018, alors que la demande était en baisse, cela n’aurait coûté que 27 millions d’euros (33 millions de dollars), selon Deroche.

Deroche a également allégué que Salomon avait ordonné que 613 millions de masques non conformes aux nouvelles normes sanitaires soient détruits «sans en référer aux autorités politiques» et «sans même vérifier que les capacités d’approvisionnement seraient suffisantes en cas de crise».


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page