Technologie

que vaut l’adorable PC portable de Microsoft ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne passe pas inaperçu. Le Surface Laptop Go, nouvel ordinateur d’entrée de gamme signé Microsoft, est beau et bien fini. Plus que ça, il est même… mignon ! On adore son format, un peu plus épais, mais aussi plus ramassé que celui d’un MacBook Air. Certes, il a troqué le boîtier tout aluminium de son grand frère, pour, en dessous, se contenter d’une coque en plastique, moins prestigieuse. Pas grave : l’ensemble est plaisant, agréable au toucher, moderne. Et il s’en dégage une vraie impression de solidité.

On peut regretter une relative épaisseur face aux stars du marché, mais le Surface Laptop Go compense cela par un poids très contenu (1,1kg) et sa compacité, donc. Il se glisse facilement dans un sac à dos, où il passe presque inaperçu.

Un écran trop peu défini, un clavier presque parfait

Ouvert, il offre un écran au format 3:2 tactile, d’une taille 12,4 pouces. Nous l’avons déjà dit, mais ce ratio, qui rompt, Surface oblige, avec les écrans étirés de la majeure partie des ordinateurs portables, est un vrai bonheur pour travailler sur Excel, surfer sur le Web, écrire… On a une vraie sensation d’espace malgré une dalle pas si grande que ça.

Et pourtant, cette dalle, malgré son format pratique, est peut-être le principal défaut de cette machine. Car, afin de réduire les coûts, Microsoft a choisi d’en diminuer la qualité par rapport à celle du Surface Laptop 13. Sa définition est en effet singulière et loin des canons actuels, puisque vos yeux feront face à un écran de de 1536 x 1024 pixels. Autrement dit, l’écran du Surface Laptop Go n’est pas même « full HD », ce qui est pourtant la norme, y compris sur des ordinateurs moins chers.
Par ailleurs, il n’offre qu’une résolution de 148 pixels par pouce. Une résolution si faible que les pixels se voient à l’œil nu :  quand on travaille sous Word par exemple, on remarque bien que les mots qui s’affichent à l’écran manquent de lissage, que l’on fait face à un très léger flou.
Certes, ce n’est pas rédhibitoire, d’autant que la dalle propose de belles couleurs, fidèles… mais c’est tout de même gênant, surtout lorsqu’on surfe sur le Web ou que l’on passe de longues heures à éditer un document.

Et c’est bien dommage, car le Surface Laptop Go est une formidable machine à écrire. Nous avons immédiatement adopté son clavier, extrêmement agréable à utiliser : la course des touches est idéale, leur toucher agréable, le son satisfaisant. Bref, Microsoft propose sur cet appareil un clavier presque parfait, à une notable exception près : il n’est pas rétroéclairé. C’est très regrettable pour ceux qui aiment ou doivent travailler dans des environnements sombres. Ceci dit, cela ne nous a pas beaucoup dérangés : on se fait tellement vite à la disposition des touches qu’on a rapidement plus besoin de les regarder !

On est mauvaise langue : il y a bien UNE touche éclairée, c’est celle de démarrage. Elle s’avère bien pratique, d’ailleurs, car elle embarque un lecteur d’empreinte digitale. Une fois celui-ci configuré, vous n’avez qu’à poser votre doigt pour déverrouiller la machine, grâce à Windows Hello. Ce n’est pas aussi élégant que la reconnaissance faciale intégrée au Surface Laptop, mais ça marche tout aussi bien.  

Des performances très honnêtes… mais une autonomie très moyenne

L’ordinateur que nous avons eu à l’essai était équipé d’un processeur Intel Core i5 1035G1, autrement dit une puce dédiée aux ultraportables de génération « Ice Lake », lancée l’année dernière, gravée en 10 nm et dotée de quatre cœurs.
Sans être un foudre de guerre, le Surface Laptop Go suffit largement à ce pour quoi il est conçu : des tâches bureautiques quotidiennes, de la consultation de contenus, du surf sur le Web. Il le fait même très bien. Il sort de veille presque instantanément, lance les applications en un clin d’œil, et s’avère très réactif, y compris lorsqu’on le sollicite beaucoup.

Impossible toutefois d’en tirer grand-chose en matière de création numérique ou de jeu, la faute à son anémique puce graphique Intel intégrée… même si vous pourrez, comme nous, passer quelques tours de Crusader Kings 3 ou de Slay The Spire sans grand souci. Mais n’espérez même pas l’utiliser pour une session ponctuelle de Rocket League, ou d’un jeu 3D, même peu gourmand : c’est à peine fluide, toutes options graphiques au minimum.

S’il vous prend tout de même l’idée saugrenue de lancer un jeu, vous devrez aussi certainement supporter un autre problème que nous avons constaté assez souvent au cours de nos deux semaines avec cette machine : sa tendance à ventiler fort.
Cela arrive évidemment lorsque vous lancez une tâche gourmande en calcul, mais pas seulement. Parfois, le téléchargement d’une mise à jour de Windows, et donc l’activation du service associé en tâche de fond, a suffi à déclencher la ventilation. Parfois, il s’agissait de quelques onglets ouverts en plus… On aurait aimé une machine un peu plus silencieuse, qui chauffe un peu moins, dommage.

Oui, le Surface Laptop Go peut pas mal chauffer, même si, d’après nos mesures, il se situe dans la moyenne des machines que nous avons récemment testées.

Le problème, c’est que au-delà de ce petit souci de chauffe, son autonomie n’est pas fameuse. D’après nos mesures, il n’atteint en effet que 7h41 sur notre test d’autonomie polyvalente, qui s’inspire de votre usage quotidien d’un ordinateur. Et ce n’est pas mieux en lecture vidéo, avec un maigre 5h52 au compteur. Inutile de le préciser : vous ne pourrez tenir une journée de travail sans rebrancher l’appareil au secteur

Une connectique limitée (mais on est habitué)

Profitons-en pour évoquer la connectique de la machine. Oui, la prise propriétaire de recharge est toujours là, on aurait aimé qu’elle disparaisse, d’ailleurs, à l’heure où toute l’industrie se convertit à l’USB Type-C. C’est d’autant plus dommage qu’il y a bien une prise USB-C sur la machine… qui permet également de la recharger sans problème !

Du coup, avec cette unique prise Surface côté droit, le Surface Laptop Go se contente du minimum du point de vue des branchements… Avec, côté gauche un port USB-C, un USB-A et une prise jack. C’est tout ! A vrai dire, on commence à s’habituer au minimalisme à la Apple, qui sévit désormais violemment dans le monde PC. On ne peut toutefois s’empêcher de penser qu’une prise HDMI et un port USB de plus n’auraient pas été de trop, tout comme un port microSD. Tant pis ! La machine se rattrape heureusement sur le sans-fil, avec du Bluetooth 5 et surtout une compatibilité Wi-Fi 6.

Il y a encore quelques éléments dont nous n’avons pas parlés, mais il le méritent pourtant : la Webcam intégrée, bien que 720p seulement, est de bonne facture et convient parfaitement à de longues séances de visioconférence. 

Attention à la version la moins chère 

Présenté comme un ordinateur d’entrée de gamme, le Surface Laptop Go se déniche hors promotion à 599 euros. Un tarif a priori alléchant pour une machine aussi bien finie. Mais nous vous déconseillons franchement de vous payer ce modèle. Pour deux raisons principales : d’abord, cette version « low cost » ne dispose que de 4 Go de RAM, ce qui est trop léger, même pour une utilisation bureautique.
Ensuite parce qu’elle ne comporte que 64 Go de stockage, qui sera en partie utilisé par Windows, et qu’il s’agit, en plus, d’eMMC, une technologie moins chère et bien plus lente que les SSD qui équipent les Surface Laptop Go plus onéreux.

Or, les prix des versions à configuration honnête s’envolent. Pour bénéficier d’un vrai SSD de 128 Go et de 8 Go de RAM, il vous faudra débourser 799 euros… Quant à la version que nous avons eu entre les mains, dotée également de 8 Go de RAM et de 256 confortables Go de stockage, elle ne coûte pas moins de 999 euros. Et à ce tarif, on peut trouver des machines certes moins jolies, certes moins bien finies, peut-être plus lourdes, mais dotées d’un processeur plus puissant, de davantage de stockage, voire d’un circuit graphique plus performant. A vous de voir, donc, si vous trouvez le Surface Laptop Go suffisamment adorable pour vous laisser tenter…




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page