Acceuil

L’OPEP et la Russie conviennent de commencer à pomper plus de pétrole le mois prochain

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole a déclaré jeudi que les restrictions de production existantes seraient légèrement assouplies à partir du 1er janvier par les membres de l’alliance OPEP +.

“À partir de janvier 2021, [OPEC+] les pays participants ont décidé d’ajuster volontairement la production de 0,5 million de barils par jour », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Les négociants avaient anticipé que l’alliance entre l’OPEP et d’autres grands producteurs accepterait de prolonger les réductions existantes de trois mois. Les contrats à terme sur le Brent ont augmenté de 27% en novembre pour atteindre leur plus haut niveau depuis mars, aidés par développements du vaccin contre le coronavirus, qui ont amélioré les perspectives de la demande de pétrole.

L’OPEP et ses alliés, dont la Russie et le Mexique, devaient initialement se réunir mardi, mais cela a été retardé alors que les membres se seraient rencontrés en privé. pour se mettre d’accord sur ce qu’il faut faire ensuite.

L’alliance des producteurs de pétrole production réduite en mai et juin de 9,7 millions de barils par jour, soit environ 10% de la production mondiale, après que les verrouillages de coronavirus et les interdictions de voyager ont écrasé la demande et envoyé le prix du Brent en dessous de 20 dollars le baril en avril.

Ces freins ont été assouplis en août et le groupe prévoyait d’augmenter l’offre de 2 millions de barils supplémentaires par jour à partir de janvier.

Mais une deuxième vague de verrouillage dans certaines parties de l’Europe et des États-Unis coup frais à la demande, faisant baisser à nouveau les prix du pétrole et incitant les producteurs et l’Agence internationale de l’énergie à réduire les prévisions de demande pour cette année et début 2021.
Le rallye des prix du pétrole de cette semaine est construit sur un terrain instable

Des nouvelles prometteuses concernant plusieurs candidats vaccins contre le coronavirus ont fait grimper les prix du pétrole ces dernières semaines, alors que les commerçants parient qu’un vaccin stimulera l’activité économique et encouragera un retour au voyage.

L’augmentation de la demande de pétrole en Asie et l’atténuation de l’incertitude politique aux États-Unis ont également contribué à renforcer le sentiment, a déclaré Hussein Sayed, stratège en chef du marché chez FXTM.

Mais l’environnement reste fondamentalement défavorable aux prix du pétrole à court terme, compte tenu de la persistance d’une offre excédentaire et de la faiblesse de la demande mondiale.

Les prix resteront aux alentours des niveaux actuels jusqu’à ce que les avions, les trains et les voitures recommencent à se déplacer plus fréquemment et que le déploiement du vaccin «commence à se frayer un chemin dans l’économie mondiale», a déclaré Stephen Innes, stratège en chef des marchés mondiaux chez Axi, dans une note aux clients. jeudi.

– Chris Liakos a contribué au reportage.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page