Acceuil

La Namibie met aux enchères 170 éléphants sauvages

Une publicité diffusée par le quotidien public New Era a déclaré qu’une augmentation des incidents de conflit homme-éléphant avait motivé la vente.

Les éléphants de Namibie font partie d’un certain nombre d’espèces menacées d’extinction en raison du braconnage, du commerce illégal d’espèces sauvages et de facteurs écologiques.

Le ministère de l’Environnement, des Forêts et du Tourisme a déclaré qu’il vendrait les éléphants aux enchères à toute personne en Namibie ou à l’étranger qui pourrait répondre à certains critères stricts, notamment des installations de quarantaine et un certificat de clôture à l’épreuve du gibier pour la propriété où les éléphants seront gardés.

Les acheteurs étrangers doivent également fournir la preuve que les autorités de conservation de leur pays leur permettront d’exporter des éléphants vers leur pays.

À l’instar de plusieurs autres pays africains, la Namibie tente de trouver un équilibre entre la protection des espèces de grande valeur comme les éléphants et les rhinocéros, tout en gérant le danger qu’elles représentent lorsqu’elles empiètent sur des zones d’habitation humaine.

La campagne de conservation de la Namibie a bénéficié d’un soutien international – sa population d’éléphants est passée d’environ 7500 en 1995 à 24000 en 2019, selon les chiffres du gouvernement.

Mais l’année dernière, la Namibie a déclaré qu’elle envisageait de se retirer des règles qui régissent le commerce mondial des espèces menacées. C’était après que les pays aient voté lors d’une réunion de la CITES pour rejeter les propositions d’assouplissement des restrictions sur la chasse et l’exportation de ses rhinocéros blancs.

Le pays veut permettre plus de chasse aux trophées et l’exportation d’animaux vivants, arguant que les fonds qu’il collecterait l’aideraient à protéger l’espèce.

En octobre, il a mis en vente 70 buffles femelles et 30 mâles du parc du plateau de Waterberg, dans le centre de la Namibie, dans le but d’atténuer la pression sur les pâturages.

La nation aride d’Afrique australe a également mis aux enchères 1000 animaux de parcs nationaux, dont 500 buffles, en 2019 alors qu’elle faisait face à sa pire sécheresse depuis un siècle.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page