Technologie

Google ferme Poly, et confirme ainsi un peu plus son désintérêt pour la réalité virtuelle

Poly, c’est fini. Google vient d’avertir les utilisateurs de ce logiciel qu’il allait bientôt le débrancher pour de bon. Cette plate-forme de création et bibliothèque d’hébergement d’éléments 3D créées par des professionnels ou des amateurs ne sera plus accessible à partir du 30 juin prochain et ce « pour toujours ».

Vous pourrez encore stocker et partager des créations avec d’autres utilisateurs jusqu’au 30 avril mais, passé cette date, le service d’exportation ne sera plus disponible.

Si vous êtes un utilisateur assidu de cet outil, car créateur ou développeur à vos heures perdues, vous avez jusqu’à la fin juin de l’année prochaine pour rapatrier toutes vos créations en local afin de pouvoir continuer à les utiliser ou les améliorer à l’aide d’autres outils de modélisation 3D compatibles VR.

Poly avait été créé par Google pour faciliter le développement d’objets 3D à destination d’applications ou de jeux en réalité virtuelle. Très facile à utiliser, il faisait partie de toute la palette d’outils que le géant de Mountain View avait dans sa musette au moment où il avait fait de la VR et de l’AR deux de ses priorités.

Depuis, les choses ont un peu changé. L’arrêt de production de son casque VR abordable puis, ensuite, la fermeture de DayDream ont prouvé que Google ne croit plus autant dans la réalité virtuelle qu’auparavant.

En la matière, Facebook fait office de résistant dans la Silicon Valley avec ses casques Oculus Quest 2 et Rift S et tout son écosystème logiciel afférent, qu’il continue à étoffer.

D’autres sociétés comme HP, HTC ou même Valve croient toujours à la VR mais utilisée dans des environnements professionnels, scientifiques, médicaux pour HP et HTC et, à la marge, pour le jeu vidéo (Valve et HTC).

Source : Poly




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page