Economie

General Motors renonce à soutenir le combat de Donald Trump contre la Californie

General Motors (GM) a pris position contre Donald Trump. L’entreprise a décidé, lundi 23 novembre, de se « retirer immédiatement » de la procédure en cours contre les strictes normes de pollution automobile en Californie. Elle a appelé Toyota et Fiat Chrysler à faire de même, ces constructeurs s’étant également rangés en octobre 2019 aux côtés du locataire de la Maison Blanche dans une affaire l’opposant à cet Etat.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Automobile : la Californie, champ de bataille du « zéro émission »

La patronne du premier constructeur de voitures aux Etats-Unis, Mary Barra, a expliqué lundi dans une lettre adressée à des associations de protection de l’environnement que le groupe était prêt à collaborer avec l’administration Biden et la Californie « pour trouver la voie qui conduira à un avenir tout électrique ».

Ces positions ont été rapidement saluées, dans un communiqué, par le prochain locataire de la Maison Blanche, qui y voit « des nouvelles encourageantes pour notre économie, notre planète et le succès à long terme des salariés américains de l’industrie automobile ».

Un revirement des constructeurs

Ses relations avec Donald Trump ont été émaillées de vives tensions pendant quatre ans, le président sortant voyant en Mme Barra et en GM un frein à sa promesse de rapatrier les emplois industriels perdus aux Etats-Unis. Le géant de Detroit voulait notamment fermer des usines aux Etats-Unis et transférer la production de certains modèles au Mexique et en Chine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Automobile : « General Motors s’achète un rêve électrique »

Dirigée par des démocrates, la Californie se veut à la pointe du combat contre le changement climatique et s’était fixée des normes ambitieuses sur les émissions de gaz à effet de serre des véhicules. Mais l’administration Trump a décidé en septembre 2019 de lui retirer le droit de fixer ses propres règles en la matière, une décision rapidement contestée en justice.

Le revirement de GM « montre une nouvelle fois à quel point les efforts de l’administration Trump pour éroder l’ingéniosité américaine et les moyens de lutte contre la menace climatique relèvent d’une vision à court terme », a commenté lundi M. Biden, qui a fait du développement des véhicules électriques et de stations de recharge dans le pays une de ses priorités environnementales.

Des constructeurs signent des accords avec la Californie

Pour justifier son soutien à l’action de l’administration républicaine contre la Californie, GM avait fait valoir le risque de se retrouver face à de multiples normes.

Toyota a rappelé lundi s’être joint à GM et Fiat avec cette problématique « à l’esprit » et « sachant qu’il y avait une prépondérance d’autres constructeurs automobiles » opposés aux normes californiennes. « Compte tenu de l’évolution des circonstances, nous évaluons la situation », a ajouté le groupe.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ford-Tesla, le match des bolides « propres »

D’autres constructeurs, dont Ford, Honda et Volkswagen, ont déjà noué des accords avec la Californie pour réduire volontairement les émissions de leurs produits.

GM tente actuellement de rattraper son retard sur Tesla et cherche à accélérer ses efforts dans les véhicules électriques et autonomes : le groupe a prévu d’investir 27 milliards de dollars sur ces deux segments en vogue d’ici 2025, soit plus que le montant dédié aux véhicules roulant à l’essence et au diesel.

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page