Economie

Le taux de chômage en forte augmentation au troisième trimestre 2020

Illustration Pôle emploi.

Le taux de chômage a bondi de 1,9 point au troisième trimestre 2020 pour s’établir à 9 % de la population active en France (hors Mayotte), selon les chiffres publiés mardi 10 novembre par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

La France compte 2,7 millions de chômeurs, soit 628 000 personnes de plus au cours du trimestre, entre juillet et septembre. Sur un an, le taux de chômage, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est en hausse de 0,6 point.

Le taux au 3e trimestre se situe à 0,9 point au-dessus de son niveau d’avant la crise sanitaire au 4e trimestre 2019, précise l’Insee. Le chiffre est conforme aux dernières prévisions de l’institut. Dans une note de conjoncture, au début d’octobre, l’Insee avait prévu que le taux de chômage atteindrait 9 % au 3e trimestre puis 9,7 % à la fin de 2020, soit 1,6 point de plus qu’un an plus tôt.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Laurent Berger : « On ne doit pas laisser toute une frange de la population sur le bas-côté »

Baisse en trompe l’œil en début d’année

Le reconfinement décidé depuis face à la reprise de l’épidémie de Covid-19 rend toutefois les prévisions économiques pour la fin de l’année et 2021 compliquées.

La forte hausse au 3e trimestre survient après une baisse « en trompe-l’œil » aux deux trimestres précédents. Au deuxième trimestre, malgré la baisse du nombre d’emplois, le taux de chômage avait ainsi diminué de 0,7 point, à 7,1 %, mais c’était lié au confinement ayant empêché beaucoup de personnes sans emploi d’en chercher un. Déjà, au premier trimestre, le taux de chômage avait reculé de 0,3 point, à 7,8 %.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’impact économique du second confinement est trois fois moindre que celui du premier

Des reculs inhérents à la définition même du chômeur au sens du BIT, traditionnel thermomètre mesurant le taux de chômage, qui définit notamment un chômeur comme une personne ayant recherché activement un emploi dans le mois précédent.

Le rebond du chômage au 3e trimestre « est d’une ampleur inédite depuis que l’Insee le mesure (1975), mais est en partie mécanique, par contrecoup de la baisse en trompe-l’œil liée au confinement », rapporte ainsi l’Insee.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Le plan de relance a-t-il trop la tête dans le futur ? »

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page