Santé

Un jumeau numérique pour personnaliser le traitement des maladies


La start-up Exacture a mis au point un modèle numérique des médicaments afin de personnaliser le traitement en fonction de chaque patient. Une application qui permet de réduire les surdosages et les erreurs de prises.

Les crash tests ne sont désormais plus réalisés avec de vraies voitures, mais avec une copie numérique simulant toutes les caractéristiques du véhicule. C’est un peu ce que fait Exactcure dans la santé : cette start-up niçoise fondée en 2018 conçoit un «jumeau numérique» du patient afin de simuler l’efficacité d’un traitement. Cet avatar numérique prend en compte différents paramètres comme le poids, l’âge, le sexe, le statut rénal et du foie ou d’autres paramètres plus complexes comme le profil génétique afin de calculer la concentration du médicament dans le sang. «Nous intégrons différentes données publiques comme la cinétique du médicament ou les résultats d’études scientifique et notre intelligence artificielle donne alors des indications sur la dose optimale à prescrire et les risques de surdosage», explique Fabien Astic, cofondateur de la startup. «Les mauvais usages de médicaments tuent cinq fois plus de personnes que les accidents de la route dans les pays développés. Rien qu’en France, les erreurs de prise de médicaments ou surdosages coûtent 10 milliards d’euros par an au système de santé», fait valoir Exactcure.

Une application mobile pour gérer son traitement

Une application mobile sera bientôt disponible, avec pour objectif de couvrir l’ensemble des médicaments d’ici 3 ans, indique Fabien Astic. «Grâce à cette application, le patient pourra gérer l’ensemble de son armoire à pharmacie. En plus de simulations personnalisées, il bénéficie de services complémentaires, comme le rappel de prises, des notifications en cas d’interactions ou surdoses détectées, l’historique des effets observés des médicaments, ou un lien avec son médecin», explique la start-up. De son côté, le médecin pourra effectuer une simulation pour l’aider à prescrire la dose la plus adaptée.

La start-up s’adresse également aux laboratoires pharmaceutiques, avec pour objectif de réduire les coûts de développement des médicaments, ou de développer un «compagnon numérique» d’un médicament une fois mis sur le marché, pour suivre en temps réel les données de pharmacovigilance. Elle propose met aussi ses simulateurs à disposition des assurances pour que leurs clients puissent bénéficier de conseils personnalisés.

Impliqué dans la crise de la Covid-19

Exactcure a eu l’occasion de démontrer son savoir-faire lors de la crise du coronavirus au mois de mars. La start-up a collaboré avec un hôpital de Marseille pour tester le traitement de référence de l’essai Discovery avec un simulateur de Lopinavir/Ritoniavir et d’hydroxychloroquine. Exactcure a pu créer un modèle numérique en 48 heures permettant d’affiner les dosages. Cette technologie a aussi permis de repositionner des médicaments existants dans la lutte contre la Covid-19 (Darunavir, Azithromycine…). La start-up a de nombreux autres projets en cours avec des hôpitaux dans l’oncologie, les rhumatismes inflammatoires chroniques, les allogreffes, ou l’épilepsie. Elle exporte aussi son savoir-faire à l’international, en Tunisie, en Suisse ou au Canada.

«Grâce au programme 3DEXPERIENCE Lab de Dassault Systèmes, nous bénéficions d’un accès à une communauté de start-up pour échanger sur des problématiques communes. Nous sommes aussi en train d’analyser la possibilité de combiner les algorithmes ExactCure à la plateforme Pipeline Pilot de Dassault Systèmes pour proposer cette offre combinée aux laboratoires pharmaceutiques qui sont nos clients communs», explique Fabien Astic.

Profil Exactcure

  • Domaine : santé personnalisée
  • Date de création : janvier 2018
  • Employés : 22
  • Localisation : Nice (Alpes-Maritimes)
  • Fondateurs : Frédéric Dayan, Fabien Astic, Sylvain Benito

Article réalisé en partenariat avec les équipes de Dassault Systèmes.

Cela vous intéressera aussi

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page