Economie

L’Etat choisit un soutien d’Emmanuel Macron pour le métro du Grand Paris

Le futur métro du Grand Paris Express a enfin son nouveau conducteur. Après des mois de suspense et de bataille feutrée, Olivier Klein, maire (divers gauche) de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a été élu, mardi 3 novembre, président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (SGP), l’établissement public chargé de réaliser ce chantier titanesque comportant 68 gares et 200 kilomètres de lignes autour de la capitale. Cet ancien professeur de physique de 53 ans, soutenu par l’Elysée, faisait figure de favori depuis plusieurs semaines.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Duel politique pour le métro du Grand Paris

L’élection ne s’est cependant pas déroulée sans heurts. Mécontent que sa candidature ait été rejetée par l’Etat, François Durovray, le président (Les Républicains, LR) du conseil départemental de l’Essonne, a protesté contre le passage en force du gouvernement : « Puisque l’Etat veut tout décider, à lui d’assumer seul cette nomination. » Il a alors quitté la salle, de même que tous les présidents de département membres du conseil. Si bien qu’Olivier Klein a été élu grâce aux seules voix des représentants de l’Etat, majoritaires au conseil de surveillance.

Un étonnant imbroglio

Ainsi prend fin un étonnant imbroglio né au cours de l’été, lorsque les pouvoirs publics ont commencé à préparer la succession de Patrick Braouezec, président de la SGP depuis 2018. Pour remplacer l’ancien maire de Saint-Denis, dont le mandat arrivait à échéance sans qu’il puisse se représenter, l’Etat a sollicité plusieurs élus de façon parallèle, en laissant penser à chacun qu’il serait désigné. C’est ainsi que Pierre-Christophe Baguet, le maire LR de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), François Durovray et Olivier Klein ont tous les trois donné, séparément, leur accord pour prendre la tête de l’établissement public. François Durovray, en particulier, pensait vraiment avoir été retenu, comme un texto du ministre chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari, le lui avait fait croire.

En septembre a sonné l’heure du véritable choix. Donc des désillusions. L’Elysée a écarté les noms des deux élus LR et donné la faveur à Olivier Klein. M. Durovray a eu beau maintenir sa candidature, et le vote être reporté deux fois, la décision finale n’a pas changé.

En choisissant Olivier Klein, Emmanuel Macron confie les clés de la SGP à l’un des rares maires politiquement proches de lui en Ile-de-France. En 2017, le président de la République avait déjà nommé à la tête de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) cet ancien communiste devenu socialiste. Cette année, M. Klein a intégré des membres de La République en marche (LRM) dans sa liste aux municipales, ce qui a poussé le Parti socialiste à lui retirer l’investiture. Un temps, certains l’ont, en outre, imaginé prendre la tête d’une liste macroniste aux régionales de 2021. Une hypothèse qu’il balaie d’un revers de la main : « Je vais me concentrer sur Clichy, l’ANRU et le métro du Grand Paris, cela suffira largement à occuper les journées ! »

Il vous reste 50.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page