Economie

la SNCF va réduire drastiquement le nombre de trains en circulation

A Saint-Jean-de-Luz, le 31 octobre 2020.

Lors des prochaines quarante-huit heures, la SNCF va repasser en mode confinement, en réduisant peu à peu son offre de trains longue distance, a annoncé l’entreprise publique dans un communiqué publié mardi 3 novembre. Sur la grande vitesse (TGV inOui et Ouigo), l’offre sera diminuée progressivement à partir de mercredi 4 novembre pour s’établir, jeudi 5 novembre, à 30 % des fréquences habituelles. Côté TGV internationaux, les Thalys (vers la Belgique et les Pays-Bas) passent aussi à 30 % de l’offre habituelle et les Eurostars, sinistrés depuis le printemps dernier, restent à 15 %.

Les trains Intercités seront, eux, réduits à la portion congrue : entre un aller-retour quotidien (Paris-Toulouse, Paris-Brive, Toulouse-Hendaye, Lyon-Nantes, Béziers-Clermont) et deux allers-retours quotidiens (Paris-Clermont, Bordeaux-Marseille) sur les lignes principales, le tout également à compter du jeudi 5. Les personnes ayant réservé une place dans un train annulé en seront informées quarante-huit heures avant le départ initialement prévu et replacées dans un autre train sans frais. La SNCF rappelle d’ailleurs que tous les billets achetés jusqu’au 4 janvier sont annulables et remboursables gratuitement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Jean-Pierre Farandou, cheminot en chef dans la tempête du Covid

Offre adaptée

La SNCF se voit donc amenée à adapter son plan de transport face à la baisse rapide de la fréquentation de ses trains. « Alors que le taux d’occupation des trains longue distance était de plus de 60 % lors du week-end du 31 octobre et du 1er novembre, et en moyenne de 50 % ces dernières semaines, il chute à 15 % en moyenne à compter de ce mardi 3 novembre et tout au long de la semaine », détaille l’entreprise. Un tel niveau d’occupation n’est économiquement pas tenable pour la SNCF, sachant qu’un TGV commence à rapporter de l’argent à partir de 60 % à 70 % de remplissage.

La SNCF ne s’interdit pas de réviser cette offre adaptée, éventuellement à la baisse si la fréquentation diminue encore. Lors du premier confinement, la SNCF avait réduit les TGV en circulation à 15 % puis à 7 % du « nominal », le taux de fréquentation s’établissant en moyenne à 12 % en avril et 15 % en mai.

Lire aussi Le patron de la SNCF estime qu’il faudra « environ deux ans » pour retrouver le trafic d’avant la crise

Concernant les TER et les trains et RER de la banlieue parisienne, qui sont, eux, largement subventionnés par les régions, la SNCF dit travailler « avec chaque autorité organisatrice à la préparation des plans de transport » et indique que « des premières adaptations interviendront ainsi au fil des prochains jours ». La région Grand-Est a par exemple recalé dès cette semaine son offre à 76 % des trains habituels, avec une concentration aux heures de pointe. Ile-de-France Mobilités devrait informer le public mercredi 4 novembre de l’adaptation du plan de transport dans la région capitale. Transilien a déjà, à la demande des autorités régionales, diminué en soirée l’offre de trains et de RER.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page