Acceuil

Les plus grandes manifestations de Pologne depuis des décennies s’opposent à l’interdiction de l’avortement

Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski, a déclaré que plus de 100 000 personnes étaient présentes, tandis que les organisateurs de la manifestation estimaient le chiffre à 150 000.

La police a arrêté 37 personnes vendredi soir, dont la grande majorité étaient des hooligans du football, a déclaré samedi matin Sylwester Marczak, porte-parole du siège de la police de Varsovie. Compte tenu du grand nombre de participants, il s’agissait d’une manifestation “très pacifique”, a-t-il ajouté.

Des manifestations de cette ampleur ont été observées pour la dernière fois dans le mouvement Solidarité des années 1980 en Pologne, qui a conduit à l’effondrement du gouvernement, selon les analystes.

La manifestation à Varsovie était le point culminant de neuf jours de manifestations dans tout le pays depuis une décision de justice du 22 octobre a jugé inconstitutionnel l’avortement dû à des anomalies foetales. Cela signifiait que l’avortement en Pologne ne serait légal que dans deux scénarios – si la grossesse menaçait la vie et la santé de la mère, ou si une femme tombait enceinte après un viol ou un inceste.

Des manifestants se sont également rendus vendredi à Gdańsk, Białystok, Poznan, Cracovie, Wroclaw, Torun, Sczescin, Myślenice, Gorlice et Jasło.

Des manifestants portant des masques faciaux tiennent des pancartes lors de la manifestation à Varsovie vendredi.

Selon les médias locaux, 430 000 personnes ont assisté à plus de 400 manifestations à travers le pays contre l’interdiction mercredi. Les supporters en ligne utilisent le tag #ThisIsWar pour montrer leur solidarité avec ceux qui défilent.

Des Polonaises perturbent les services religieux pour protester contre l'interdiction de l'avortement

Les manifestations se sont déroulées au mépris de l’interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes en raison de la pandémie de coronavirus.

Des images aériennes de la manifestation à Varsovie publiées sur les réseaux sociaux ont montré l’ampleur du taux de participation vendredi soir.

Les organisateurs de la manifestation ont exhorté les manifestants à se diriger vers la résidence de Jaroslaw Kaczyński, le chef du parti de droite droit et justice (PiS) au pouvoir, largement considéré comme le décideur de facto en Pologne. La manifestation s’est terminée là vers 23 heures, heure locale, et les organisateurs ont exhorté les manifestants à rentrer chez eux en toute sécurité.

Kaczyński a qualifié mercredi les manifestants de “criminels” et a déclaré que les personnes prenant part à des rassemblements de masse mettaient la vie des gens en danger étant donné la flambée des cas de coronavirus en Pologne.

Des milliers de manifestants marchent vers la résidence du chef du parti au pouvoir Jaroslaw Kaczynski lors de la manifestation de vendredi à Varsovie.

Projet d’amendement

Dans un assouplissement apparent de sa position, le président polonais Andrzej Duda a présenté vendredi un projet d’amendement à la loi controversée qui légaliserait l’avortement dans les situations où le bébé a des «défauts mortels» et mourrait peu après la naissance.

L’amendement signifierait que l’avortement resterait légal dans le cas où << des tests prénatals ou d'autres indications médicales indiquent une forte probabilité que l'enfant naisse immobile ou accablé d'une maladie incurable ou d'un défaut qui entraînera inévitablement et directement la mort de l'enfant. », selon un communiqué de Duda vendredi.

“C’est une situation extrêmement délicate et douloureuse pour chaque mère, pour chaque parent. En cas de défauts mortels, la mort de l’enfant est inévitable. La protection de sa vie est donc au-delà du pouvoir humain”, indique également le communiqué.

Duda avait précédemment clarifié sa position sur l’avortement dans de tels cas dans une interview avec la station de radio polonaise RMF FM. “Vous devez clairement vous demander si quelqu’un a le droit d’exiger, ou la loi peut exiger qu’une telle femme … porte un tel enfant dans son ventre et supporte ensuite tout le coût physique de la naissance”, a déclaré Duda.

Duda a ajouté qu’il ne pensait pas que l’avortement devrait être légal dans les situations où un enfant est atteint du syndrome de Down, par exemple, et la vie de l’enfant à naître n’est pas en danger.

La Pologne adopte une interdiction quasi totale de l'avortement, suscitant des manifestations

La décision du Tribunal constitutionnel polonais a supprimé l’un des rares motifs de licenciement légal dans le pays, qui disposait déjà de certaines des lois sur l’avortement les plus strictes d’Europe.

Les avortements dus à des anomalies fœtales représentaient environ 98% de tous les avortements légaux pratiqués en Pologne en 2019, selon les données du ministère polonais de la Santé.

Interrogé sur les manifestations en cours dans toute la Pologne au sujet de la décision controversée du tribunal, Duda a condamné les manifestants qui services religieux perturbés plus tôt cette semaine.

“Si nous parlons d’actes d’agression physique ou verbale, si nous parlons d’envahir des églises, si nous parlons d’insulter des sentiments religieux, de profaner des lieux de culte, je suis désolé, mais les limites sont définitivement dépassées ici”, a-t-il déclaré. .

Les leaders de la contestation pour le droit à l’avortement ont accusé le parti populiste PiS d’avoir poussé le tribunal à resserrer les restrictions à l’avortement afin de plaire à la base du parti et à l’Église. Les dirigeants de l’Église ont nié avoir influencé le changement de loi.

Avertissement Covid

Vendredi, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a exhorté les manifestants à ne pas sortir dans la rue alors qu’il annonçait de nouvelles mesures pour tenter de limiter la propagation du Covid-19.

«Je comprends votre colère, mais je vous exhorte à rester à la maison, surtout pour le bien des personnes âgées», a-t-il déclaré.

Les mesures comprennent la fermeture des cimetières pendant trois jours, exhortant les propriétaires d’entreprise à permettre aux employés de travailler à domicile et exhortant les citoyens âgés à rester chez eux.

Le ministre de la Santé, Adam Niedzielski, a déclaré vendredi à la chaîne d’information polonaise TVN24 qu’il regardait avec “une grande inquiétude” les manifestations et a exhorté les gens à s’isoler des participants, affirmant qu’ils pourraient être plus exposés à Covid-19.

Vendredi, la Pologne a enregistré 21629 nouveaux cas de coronavirus, marquant un autre record dans le pays, où le nombre de cas a triplé en moins d’un mois. 202 autres décès ont également été signalés par le ministère polonais de la Santé, le nombre total d’infections confirmées dans le pays dépassant 340 000.

Zahid Mahmood de CNN a contribué à ce rapport.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page