Economie

« Il faut jouer la carte des villes moyennes »

Produire en France, mais où ? Si les emplois sont toujours les bienvenus, les projets de créations d’usines et autres sites industriels conduisent souvent à des levées de boucliers de la part des riverains ou des associations. Ce n’est pas le moindre des défis qui se posent aujourd’hui à la réindustrialisation de l’Hexagone. Pourtant, l’enjeu est de taille. « Dans la compétition internationale intense entre industriels, la sélection de sites d’investissement est un élément important », relève à ce sujet un copieux rapport réalisé par Trendeo pour la Banque des Territoires, une entité de la Caisse des dépôts ( « Dépendances Industrielles : renforcer l’industrie pour mieux affronter les crises »), et qui doit être publié lundi 2 novembre.

Selon ce document, les entreprises rencontrent « des difficultés à ouvrir des sites nouveaux », pour des raisons de coût, de disponibilité du foncier, de contraintes administratives ou environnementales… « Ce frein au développement de l’industrie est un problème au moment où les projets industriels se poursuivent dans l’ensemble de l’Europe », relève Trendeo. Certains « pays proches, certes aux coûts salariaux moins élevés, mais pas toujours », attirent davantage de projets que la France.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Industrie : l’espoir made in France

S’appuyer sur les villes moyennes pour ancrer des projets industriels apparaît comme une opportunité. « Aujourd’hui, les grandes métropoles ne veulent plus d’usines », confirme Olivier Sichel, directeur général de la Banque des Territoires, justement en route ce jour-là pour Dole afin d’y rencontrer le maire. L’édile, Jean-Baptiste Gagnoux, est à la recherche d’un nouveau souffle économique pour sa commune. En effet, en quelques semaines, cette ville du Jura a appris la disparition prochaine de plusieurs centaines d’emplois, entre la fermeture du site Jacob Delafon (implanté non loin de là, à Damparis), et les interrogations sur l’avenir de la fonderie automobile MBF Aluminium ou de l’usine LMT-Belin. « Aujourd’hui, la préoccupation du maire de Dole, c’est de retrouver de l’emploi industriel », constate M. Sichel.

Création d’emploi

Grâce à sa capacité à gérer des projets complexes pour le compte les entreprises en quête de nouveaux sites, la Banque des Territoires espère faire sortir de terre de nouvelles usines françaises, sur le modèle par exemple de l’opération menée avec la métropole d’Amiens et la start-up Ÿnsect, en plein déploiement de son activité de production d’ingrédients issus de l’élevage d’insectes pour la nutrition des animaux et des plantes.

Il vous reste 14.64% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page