Economie

En Ardèche, un partenariat pour fabriquer des chaussures 4.0

A Ardoix, un village d’un millier d’habitants posé sur les plateaux du Haut-Vivarais, en Ardèche, cela fait bien longtemps qu’on n’avait pas vu cela : la pose, toute symbolique, de la première « pierre » d’une usine flambant neuve, le 17 septembre dernier. Et pas n’importe quelle usine : l’Advanced Shoe Factory 4.0, comme son nom l’indique, sera entièrement automatisée, consacrée à la production de chaussures de sport, aujourd’hui fabriquées en Asie du Sud-Est. Un exemple vertueux de relocalisation vers la France, rendu possible grâce à un partenariat entre Chamatex, la PME à l’origine du projet, et trois de ses principaux clients.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Industrie : l’espoir made in France

Créée en 1980, Chamatex est une PME spécialiste du textile, et notamment des textiles techniques utilisés sous la marque Matryx pour fabriquer des chaussures de sport, un segment qui génère un quart de son chiffre d’affaires. Au prix, toutefois, d’un modèle économique aujourd’hui remis en cause : « Nous envoyons les rouleaux de textile en Asie du Sud-Est, où sont assemblées les chaussures, qui reviennent ensuite en Europe », explique Lucie André, directrice exécutive de Chamatex. « L’idée de construire une usine ici, qui fabriquerait la chaussure de A à Z, nous trottait dans la tête. Cela avait également plus de sens d’un point de vue écologique. »

De fil en aiguille, ce projet un peu fou prend forme. En 2018, une rencontre avec le groupe Siemens permet d’envisager une ligne de production entièrement automatisée qui permettrait de mettre en place un modèle économique viable : plus de productivité contre moins d’ouvriers. L’idée commence à se concrétiser, mais, avant d’investir une dizaine de millions d’euros – dont 2 millions de fonds propres –, Chamatex cherche à assurer la rentabilité économique du projet. « Nous sommes allés sonder nos clients pour qu’ils s’engagent sur des volumes », poursuit Lucie André. Salomon, spécialiste du matériel de ski et de randonnée, tope le premier, avec un premier objectif de 15 000 paires de chaussures, produites la première année, et s’engage même à participer à l’investissement. Deux gros clients de Chamatex, Babolat et Millet, suivent le mouvement. Le projet est sur les rails.

« Fabriquer mieux et plus vite »

La production de l’usine ASF 4.0, à Ardoix, démarrera en juillet 2021, avec des chaussures Salomon dans un premier temps. Une paire par minute. Entièrement automatisée, sous la houlette des ingénieurs et techniciens de Siemens qui piloteront l’ensemble, elle tournera en 3-8 avec des équipes réduites à une dizaine de personnes. Au total, elle comptera une cinquantaine de salariés, contre 250 à 300 en Asie pour une production équivalente.

Il vous reste 22.26% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page