Economie

Ce qui change le 1er novembre pour le budget des ménages

En augmentant une nouvelle fois la fiscalité du tabac pour lutter contre le tabagisme, le gouvernement engendre une hausse des prix.

Ce mois de novembre sera marqué par un nouveau confinement, mais pas que…

  • Chômage partiel : le dispositif maintenu tel quel

Le dispositif de chômage partiel, mis en place en mars, devait être allégé le 1er novembre, mais cela n’interviendra pas, et ce, jusqu’au 31 décembre, a confirmé la ministre du travail, Elisabeth Borne. Les salariés au chômage partiel continueront donc à percevoir 70 % de leur rémunération brute, 100 % en cas de SMIC. Le gouvernement n’a, pour l’heure, pas précisé si les particuliers employeurs pourraient, comme ce fut le cas durant le premier confinement, utiliser ce dispositif.

  • Banque : moins de frais pour les clients fragiles

Davantage de clients des banques devraient pouvoir bénéficier, à compter de ce 1er novembre, du plafonnement à 25 euros des frais d’incidents bancaires mensuels (commissions d’intervention, frais de rejet de prélèvement, etc.).

Un décret du 20 juillet a élargi les critères de détection, par les banques, des « populations en situation de fragilité financière ». Parmi les nouveautés : un client entrera désormais dans le spectre du dispositif s’il accumule au moins cinq irrégularités ou incidents de paiement dans un même mois. Rien n’a été précisé, en revanche, sur les plafonds de flux sur le compte ouvrant droit au plafonnement – ils restent donc décidés par la banque.

Rappelons que, pour les clients ayant souscrit à l’« offre spécifique clients fragiles » de leur banque, ces frais sont limités à 20 euros par mois.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Changer de banque ? Les points à vérifier avant de choisir
  • Statu quo pour les retraites Agirc-Arrco

Alors que le 1er novembre est la date fixée pour la revalorisation annuelle des pensions Agirc-Arrco, le régime de retraite complémentaire des salariés du privé, celles-ci ne verront pas leur montant augmenter cette année. En cause : « la crise sanitaire », a indiqué le régime dans un communiqué. En 2019, ces pensions avaient été revalorisées de 1 %.

Une mesure qui était attendue : depuis le début du premier confinement, le régime a dû continuer à faire face à ses dépenses habituelles, le versement des pensions, mais a vu ses recettes diminuer à cause, notamment, des reports de versements de cotisations sociales accordés et du recours massif au chômage partiel (l’indemnité d’activité partielle ne donne pas lieu à des cotisations de retraite). Sans compter l’effet de la chute des marchés sur ses placements financiers.

Lire aussi Retraite : un ancien salarié sur dix a vu sa pension modifiée en octobre (parfois à la baisse)
  • + 1,6 % pour les tarifs réglementés du gaz

Pour le quatrième mois consécutif, les tarifs réglementés du gaz augmentent de 1,6 % en moyenne. Dans le détail, cette hausse « est de 0,4 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,9 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 1,7 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », selon la Commission de régulation de l’énergie. En octobre, l’augmentation moyenne s’était élevée à 4,7 %.

Le gouvernement avait annoncé, en 2017, son intention de porter à 10 euros en moyenne le prix moyen du paquet de 20 cigarettes d’ici à fin 2020, en augmentant en plusieurs étapes la taxation de ces produits. La dernière étape de ce processus est franchie en ce mois de novembre.

Et la nouvelle fiscalité du tabac a, comme prévu, conduit de nombreuses marques à augmenter une nouvelle fois leurs tarifs en ce premier jour du mois – ils sont énumérés dans ce tableau, publié sur le site des douanes. Le prix d’un paquet de Marlboro Red passe de 10 euros à 10,40 euros, celui de Lucky Strike Red de 9,50 euros à 10 euros.

Lire aussi Quatre idées reçues sur la hausse du prix du tabac
  • Début de la trêve hivernale

Les expulsions de locataires et les coupures de gaz ou d’électricité sont interdites, sauf exceptions, à partir de ce 1er novembre et jusqu’au 31 mars 2021, en raison de la trêve hivernale. Si les propriétaires conservent le droit durant cette période d’engager des procédures d’expulsion, l’expulsion ne peut être effective avant la fin de la trêve.

Lire aussi Informer le locataire de sa consommation de chauffage devient obligatoire

Les échéances à ne pas oublier en novembre

16 novembre. C’est, en règle générale, la date limite pour régler la taxe d’habitation de votre résidence principale et votre redevance télé (contribution à l’audiovisuel public) si vous ne passez pas par un paiement dématérialisé. Vérifiez toutefois bien l’échéance inscrite sur votre avis car dans certains cas, cette date est fixée au 15 décembre. L’année 2020 est toutefois particulière pour cette taxe d’habitation, puisque les 80 % des foyers fiscaux les moins aisés en sont désormais totalement exonérés sur leur résidence principale, selon l’administration fiscale.

21 novembre. C’est la date limite pour régler taxe habitation (résidence principale) et redevance si vous payez en ligne (là aussi, vérifier votre avis, parfois ce peut être le 20 décembre).


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page