Sports

Quels sont les clubs de L1 les plus menacés par la crise ?

La chute vertigineuse des revenus en Ligue 1 n’est évidemment pas sans conséquence. Particulièrement pour les clubs qui peine à maitriser leur masse salariale.

Matches à huis clos, droits TV se faisant désirer, la conjoncture est des plus crispantes économiquement parlant pour les clubs de Ligue 1. Le déficit de revenus est d’autant plus angoissant que l’élite française a vu sa masse salariale exploser ces dernières années. Certains parviennent à s’en accommoder, d’autres ont beaucoup plus de mal à s’adapter, y compris parmi les locomotives présumées du championnat.

A partir des chiffres du rapport financier du football publié en 2019 par la DNCG, Sportune, site spécialisé dans l’économie du sport, a fait les comptes. En moyenne, un club de L1 consacre 73,8% de ses recettes liées aux droits TV, sponsoring, billetterie et merchandising à la masse salariale de son équipe professionnelle (staff et joueurs). Mais certains dépassent allègrement le seuil fatidique des 100%.

Monaco dans le rouge, le PSG bon élève

C’est le cas de l’AS Monaco, qui l’an dernier accusait une masse salariale de plus de 147 millions d’euros pour des revenus opérationnels de 111 millions d’euros environ, soit un ratio dangereux de 131,8% que le club de la Principauté se doit d’équilibrer par ses transactions sur le marché des transferts. Même souci pour le Losc (112,1%) et l’OM (98,2%), qui semblent également dépenser au-dessus de leurs moyens. A contrario, au vu de leurs gigantesques masses salariales, le PSG (56,3%) et l’OL (59,3%) font office de bons gestionnaires.

Les ratios revenus/masse salariale en L1, du pire au meilleur

Monaco: 111 647 000 M€ / 147 128 000 M€ (131,8%)

Lorient (en L2): 12 412 000 M€  / 15 244 000 M€ (122,8%)

Lille: 64 235 000 M€ / 71 979 000 M€ (112,1%)

Metz: 19 514 000 M€ / 22 158 000 M€ (113,6%)

Marseille: 129 574 000  M€ / 127 210 000 M€ (98,2%)

Lens (en L2): 18 002 000 M€ / 17 550 000 M€ (97,5%)

Bordeaux: 71 293 000 M€ / 60 471 000  M€ (84,8%)

Nice: 54 396 000 M€ / 46 071 000 M€ (84,7%)

Nantes: 51 096 000 M€ / 41 780 000 M€ (81,8%)

Angers: 34 653 000 M€ / 28 275 000 M€ (81,6%)

Rennes: 79 643 000 M€ / 63 639 000 M€ (79,9%)

Montpellier: 51 078 000 M€ / 39 493 000 M€ (77,3%)

Saint-Etienne: 74 374 000 M€ / 53 626 000 M€ (72,1%)

Brest: 16 839 000 M€ / 11 825 000 M€ (70,2%)

Reims: 41 443 000 M€ / 27 529 000 M€ (66,4%)

Nîmes: 32 264 000 M€ / 20 899 000 M€               (64,8%)

Dijon: 34 129 000 M€ / 21 879 000 M€ (64,1%)

Lyon: 220 900 000 M€ / 130 900 000 M€ (59,3%)

Strasbourg: 48 667 000 M€ / 28 629 000 M€ (58,8%)

Paris: 658 677 000 M€ / 370 921 000 M€ (56,3%)


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page