Economie

L’économie allemande croît de 8,2% au troisième trimestre 2020

Dans une usine Volkswagen à Hanovre (Basse-Saxe), en septembre 2020.

Le rebond est historique et la reprise, plus forte qu’anticipé, même si elle reste très précaire. Tel est le panorama de l’économie allemande qu’esquissent les données macroéconomiques publiées vendredi 30 octobre. L’office des statistiques Destatis a ainsi annoncé une reprise particulièrement vigoureuse de la croissance au troisième trimestre 2020 : l’activité a progressé de 8,2% entre juin et septembre par rapport au deuxième trimestre.

Alors que le gouvernement et les régions viennent d’ordonner un renforcement des restrictions pour un mois afin de juguler l’épidémie de Covid-19, Berlin table sur une récession de 5,5 % pour 2020. C’est un peu mieux que ce qui était anticipé cet été, lorsque les autorités prévoyaient un recul de l’activité de 5,8 %.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face au coronavirus, l’économie de l’Allemagne limite la casse

« La récession est moins forte que nous ne le redoutions jusqu’ici », a commenté Peter Altmaier, le ministre de l’économie, vendredi matin, en appelant cependant à la cohésion et à la solidarité au cours des prochains mois. « Nous sommes à la croisée des chemins. Nous devons réagir à la seconde vague de manière aussi déterminée que nous l’avons fait au printemps. »

Les chiffres publiés montrent que, après la période de fortes restrictions pendant les mois de mars et d’avril (fermeture des commerces non essentiels et de la plupart des lieux publics, dont les écoles), l’économie a connu un rebond en mai et juin, qui s’est prolongé grâce aux mesures conjoncturelles instaurées par le gouvernement. Au deuxième trimestre, l’économie nationale avait plongé de 9,8 %, après un recul de 1,9 % entre janvier et mars, marquant la plus grande récession depuis l’après-guerre.

Plan de relance historique

« Les indicateurs actuels montrent que le processus de rattrapage va se prolonger à un faible niveau pendant le semestre d’hiver à venir, malgré l’augmentation des infections », soulignent les experts du ministère de l’économie. Avec toutes les précautions d’usage liées à la « volatilité » de la situation, ils anticipent que la croissance devrait s’établir à 4,4 % en 2021. Le niveau d’avant la crise pourrait être atteint en toute fin d’année prochaine. Le taux de chômage, lui, devrait augmenter, à 5,9 %, contre 4,4 % actuellement.

« La révision à la hausse des prévisions prend en compte la situation actuelle des indicateurs de conjoncture. Ces derniers sont ressortis nettement plus favorables que les précédentes projections ne le laissaient penser. » Ces prévisions intègrent les effets anticipés des restrictions décidées pour les quatre semaines à venir, précisent les auteurs du rapport.

Il vous reste 56.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page