Economie

La ligne 13, la plus saturée et la plus anxiogène du métro parisien

Dans le métro parisien, en mai.

Maguy s’est installée à l’entrée du quai, loin du bord. Pas envie d’être bousculée par d’autres voyageurs, ni prise dans un mouvement de foule. Ce jeudi, à 14 h 30, c’est en principe une heure creuse dans le métro parisien. A la station Place de Clichy, pourtant, les rames en direction de Saint-Denis sont déjà bien remplies. « De toute façon, c’est toujours bondé, ici », glisse Maguy derrière son masque.

Un entassement dont profitent certains. « Une fois, un homme s’est collé à moi, un frotteur, raconte cette femme de chambre de 40 ans. Je l’ai insulté. Il est parti à la station suivante, Guy Môquet, comme si de rien n’était. » Une autre fois, le portable qu’elle venait d’acheter à crédit lui a été volé. « Depuis, je fais très attention, et quand je rentre dans le métro, je tiens mon sac devant moi, comme ça, bien contre mon ventre. »

Lire aussi Dans le métro parisien, avec la brigade chargée de débusquer les « frotteurs »

Bienvenue sur la ligne 13. La plus saturée de toutes les lignes du métro parisien. La plus anxiogène aussi. C’est ce que montre une importante étude que vient de publier l’Institut Paris Région sur le sentiment d’insécurité dans les transports collectifs franciliens.

En septembre et octobre 2019, l’institut a envoyé un questionnaire à 515 255 abonnés Navigo et Imagine R, entièrement complété par 50 222 personnes, un taux de réponse plutôt élevé. Les personnes interrogées devaient notamment citer les lignes et les stations où elles avaient eu peur pour la dernière fois.

Cette cartographie de la peur a mis du temps à être connue. En mai, en pleine sortie du confinement, l’Institut a été incité à ne pas envoyer de message trop négatif alors que la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse demandait aux usagers de revenir dans le métro et le RER. Une version tronquée de l’étude a alors été publiée. L’enquête complète, elle, a finalement été mise en ligne fin septembre, en catimini.

« Cette ligne, on l’appelle entre nous la bétaillère »

La ligne 13 y occupe une place de choix. Le métro apparaît en effet comme le transport qui suscite le plus d’expériences anxiogènes, devant le RER, le Transilien, le bus et le tramway. Et de toutes les lignes de métro, c’est la 13 qui ressort comme la plus problématique. Près de 14 % des personnes déclarant avoir eu de l’appréhension dans le métro la citent en premier. Cette ligne qui traverse tout Paris du Nord au Sud arrive nettement devant la 4 et la 7, mentionnées l’une et l’autre par 11 % des répondants.

Globalement, les lignes et stations citées en masse par les usagers interrogés sont aussi les plus fréquentées. Pour le RER, c’est la ligne A, la plus utilisée, qui cristallise le plus de craintes (elle est citée par 33 % des usagers ayant déjà eu peur dans le RER). De même, les plus grandes gares et stations sont aussi celles qui sont le plus évoquées dans l’enquête, à commencer par la gare du Nord – la plus importante d’Europe –, la station de RER Châtelet-Les Halles, et la gare Saint-Lazare.

Il vous reste 66.96% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page