Economie

Entre Andros et Materne, la gourde est pleine

Tempête dans une gourde de compote. Entre Andros et Materne, tous deux spécialistes des recettes fruitées, l’heure n’est pas aux mots doux et sucrés. La guerre est bel et bien déclarée. Et les tribunaux sont appelés à statuer. En l’occurrence, le tribunal de commerce de Lyon, où l’audience s’est déroulée mercredi 21 octobre. Il a été saisi, par le plaignant, la société Materne, désormais propriété du groupe Bel. L’entreprise, qui a popularisé la dose de pomme, de poire ou d’abricot emballée dans une gourde en plastique prête à être glissée dans le cartable des écoliers pour le goûter, n’entend pas se faire griller la politesse par le challenger sur ce marché. L’enjeu : la gourde recyclable.

Lire aussi Concurrence : le cartel de la compote et celui des émetteurs de titres restaurant sanctionnés

Habitué à cultiver le secret, le groupe Andros, détenu par la famille Gervoson, est sorti du bois et a choisi le tam-tam médiatique pour faire son annonce début octobre. Elle clamait le lancement sur le marché d’une gourde en plastique recyclable. Un sujet sensible aux oreilles des consommateurs français, de plus en plus soucieux de la seconde vie de leurs emballages jetés à la poubelle. D’autant que 600 millions d’unités sont vendues chaque année en France. Dont une bonne part, plus de la moitié, sous la marque Pom’Potes de Materne.

Un débat très technique

Sylvain Dronet, directeur général France d’Andros, affirme que trois ans de développement ont été nécessaires pour passer d’un emballage à six couches à une seule couche en polypropylène, y compris le bouchon en forme de pomme. Materne rétorque, pour sa part, qu’il ne faut pas pousser le bouchon trop loin. Il estime que la gourde d’Andros n’est, aujourd’hui, pas recyclable.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Autorité de la concurrence épingle « le cartel de la compote »

Dans son communiqué, l’innovateur, Andros, précise d’ailleurs qu’il « anticipe l’arrivée, dans quelques semaines, de l’extension de la consigne de tri, qui permettra aux Français de mettre tous leurs emballages dans le bac jaune », dont la fameuse gourde. Et affirme que la recyclabilité de son matériau, le polypropylène souple, est garantie par Citeo, après des tests réalisés en centre de tri et par des recycleurs. Le Centre de ressources et d’expertise sur la recyclabilité des emballages ménagers en plastique (Cotrep) devrait prochainement publier un avis. Recyclable, pas recyclable ou recyclable sous peu… Le débat, très technique, s’est engagé devant la justice, qui devra trancher.

Pour Materne, il y a urgence. Le moment choisi par Andros pour dégainer son innovation n’a rien d’anodin. Début octobre, les négociations commerciales entre industriels et distribution ont commencé. Une période cruciale pendant laquelle chaque marque défend ses tarifs, mais aussi sa place dans les rayons des supermarchés pour le début de 2021. Or, Materne s’est engagé à trouver une solution technique « verte » pour sa gourde d’ici à janvier 2022. En optant, lui, pour le polyéthylène. Verte, mais pas encore mûre…


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page