Economie

Uber et Lyft perdent leur appel sur le statut des chauffeurs en Californie

Des chauffeurs de Lyft et Uber ont manifesté, jeudi 22 octobre, devant l’hôtel de ville de Los Angeles contre la « proposition 22 » des deux entreprises de VTC, qui prône un compromis garantissant la flexibilité et certains avantages sociaux aux conducteurs indépendants.

Une cour d’appel californienne a estimé, jeudi 22 octobre, qu’Uber et Lyft ont bien enfreint la loi de l’Etat qui veut les contraindre à requalifier leurs chauffeurs en employés, mais les deux entreprises ont un sursis jusqu’à ce que les électeurs aient voté sur leur proposition alternative le 3 novembre.

Cette audience fait partie d’un bras de fer judiciaire entre les deux plates-formes de réservation de voitures avec chauffeur (VTC) et la Californie, qui cherche à appliquer la loi « AB5 » sur le statut des travailleurs indépendants, entrée en vigueur en janvier. Ce texte intime aux entreprises de la « gig economy » (économie à la tâche) de considérer leurs travailleurs indépendants comme des salariés, ce que Lyft et Uber refusent catégoriquement.

En août, l’Etat le plus peuplé et le plus riche des Etats-Unis avait obtenu que le tribunal ordonne aux deux entreprises de requalifier les conducteurs en salariés d’ici une date butoir. Cette date a ensuite été repoussée, le temps de résoudre la bataille judiciaire en cours, cruciale pour le modèle de la « gig economy ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le modèle économique d’Uber et de Lyft menacé par la législation californienne

Référendum le 3 novembre

Le 13 octobre, l’avocat d’Uber, Theodore Boutrous, a de nouveau fait valoir que la société n’était « pas une entité de recrutement » ni « une entreprise de transports » mais une « plate-forme multidimensionnelle qui permet de mettre en contact des passagers et des chauffeurs. »

Matthew Goldberg, qui défend l’Etat de Californie et les villes de San Francisco, Los Angeles et San Diego, a rétorqué que les chauffeurs étaient lésés, car ils ne peuvent actuellement pas prétendre à de nombreuses protections sociales, telles que le salaire minimum, le remboursement des frais professionnels ou le congé familial.

Jeudi, la cour d’appel a tranché en faveur de la Californie, mais la décision ne prend pas effet immédiatement. Les parties attendent le résultat d’un référendum, prévu le 3 novembre en même temps que l’élection présidentielle américaine.

Lire aussi Uber, affecté par la pandémie de Covid-19, licencie près d’un quart de ses employés

Uber et Lyft ont dépensé des dizaines de millions de dollars pour organiser le scrutin et appeler les citoyens de l’Etat à soutenir leur « Proposition 22 », un compromis qui garantirait la flexibilité et certains avantages sociaux aux conducteurs indépendants. Les deux entreprises peuvent aussi faire appel auprès d’une cour supérieure.

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page