Economie

Orient Hontai Capital, l’actionnaire chinois discret et ambitieux de Mediapro

Au Parc de Princes, à Paris, le 13 septembre.

Mais qui est Orient Hontai Capital, la société chinoise qui a pris le contrôle de Mediapro début 2018, juste avant que l’entreprise ne rafle les droits TV de la Ligue 1 ? Le groupe sino-espagnol est au cœur d’un conflit avec la Ligue de football professionnel (LFP), depuis qu’il a manqué une échéance de 172 millions d’euros, début octobre, et tente de renégocier le montant des droits versés aux clubs tricolores.

D’après des informations légales disponibles sur le site financier Qichacha, Orient Hontai Capital est détenue à 51 % par Orient Securities, un poids lourd de la finance en Chine, qui compte la municipalité de Shanghaï parmi ses actionnaires. Son représentant légal, Chen Bo, est d’ailleurs présent au conseil d’administration de plusieurs autres filiales d’Orient Securities. Les 49 % restants sont détenus par Yunzhuo Capital Investment, dont le représentant légal n’est autre que Tony Ma, le PDG d’Orient Hontai Capital.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’opération communication de Mediapro peine à rassurer le football français

L’entreprise, créée en 2014, se présente comme un fonds d’investissement spécialisé dans les technologies, les médias et les biotechnologies. En 2016, elle a failli rafler une pépite californienne du marketing en ligne, AppLovin, pour 1,4 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros). Mais le Comité pour l’investissement étranger aux Etats-Unis s’y est opposé, et Orient Hontai a récupéré sa mise, pour ne garder qu’une participation minoritaire. Depuis, le fonds croque régulièrement des start-up pour plusieurs dizaines de millions d’euros. Son dernier investissement date du 18 septembre, 400 millions de yuans (34 millions d’euros) dans XWPharma, une start-up de recherche médicale, située à Wuhan (Hubei), qui a également fait entrer à son capital l’américain Johnson & Johnson, poids lourd de la pharmacie.

Le fonds chinois a-t-il eu les yeux plus gros que le ventre

Face à la crise de la Ligue 1, le fonds choisit la discrétion, laissant à Mediapro et à son président, Jaume Roures, le soin de répondre aux questions des médias et de la LFP. Le PDG, Tony Ma, est injoignable. Un des partenaires, Howill Wong, répond qu’il « n’est probablement pas approprié de répondre à une interview en ce moment ». D’après des informations légales, l’entreprise a ouvert des bureaux à Pékin, à Shanghaï, fermés depuis, et à Chengdu (Sichuan). Mais à l’adresse indiquée à Shanghaï, personne n’a jamais vu Orient Hontai Capital. Le 24étage de cet immeuble de bureaux n’existe même pas, comme souvent en Chine, le chiffre 4, qui se prononce comme « mourir », portant malheur. A l’étage au-dessous, une secrétaire indique qu’elle n’a jamais vu qui que ce soit de l’entreprise, mais que des gens passent de temps en temps pour s’enquérir à son sujet.

Il vous reste 40.6% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page