Economie

Nokia annonce des projets réduisant le nombre de suppressions d’emplois de son plan social

Cartonnages représentant des salariés sacrifiés, sur le site de Nokia à Lannion, le 19 octobre.

Les coupes devraient être moins massives que prévues. L’équipementier télécoms finlandais Nokia a annoncé, vendredi 23 octobre, des projets réduisant l’impact de son plan de 1 233 suppressions d’emplois en France, en renonçant à près de 250 d’entre elles et en créant un nouveau centre de cybersécurité à Lannion, dans les Côtes-d’Armor. Le gouvernement a aussitôt salué ce qu’il estime être une « avancée significative », qui « semble confirmer la volonté de Nokia de privilégier en priorité la France pour ses activités de recherche et développement », selon le ministre de l’économie, Bruno Le Maire.

Pour la CGT, Nokia est encore « loin du compte ». « La colère et l’incompréhension auraient été aussi fortes si une annonce sur cette nouvelle base de 986 suppressions d’emplois » – nouveau bilan du plan social – avait été faite dès le mois de juin, quand Nokia a dévoilé ses intentions de supprimer 1 233 postes en France, déclare dans un communiqué Philippe Mulot, délégué CGT sur le site de Lannion.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment Nokia a court-circuité la Silicon Valley bretonne

Concrètement, Nokia projette d’ouvrir un nouveau « centre de cybersécurité » à Lannion, qui pourrait « conduire à la création de 112 nouveaux postes d’ici la fin 2021, dont 97 seraient basés à Lannion », déclare vendredi l’entreprise dans un communiqué. « Le second projet consisterait à mettre en œuvre de nouvelles activités autour de la 5G destinées à expérimenter et intégrer les futurs cas d’usage et services de la 5G, ainsi qu’à tester de nouveaux modèles d’affaires », sur les sites de Lannion et Nozay, en région parisienne.

Des « sujets d’avenir »

Au total, Nokia prévoit de préserver 250 postes qui devaient disparaître dans le plan social, « atténuant ainsi l’impact global de ce plan, en particulier sur le site de Lannion », une ville de 20 000 habitants qui est l’un des hauts lieux de l’histoire française des télécoms.

Le 22 juin, Nokia avait annoncé un projet de restructuration en France avec 1 233 suppressions de postes, dont 402 à Lannion. Il s’agissait du quatrième plan social depuis le rachat en 2016 d’Alcatel-Lucent par le Finlandais. Le gouvernement l’avait qualifié « d’inacceptable en l’état ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Télécommunications : nouvelles coupes claires chez Alcatel-Lucent

Le député des Côtes-d’Armor Eric Bothorel (La République en marche) avait estimé que Nokia se « moquait du monde », en annonçant son « plan à la limite exacte de l’engagement qu’ils avaient pris il y a quatre ans de ne pas licencier et même d’embaucher dans la recherche, qui expirait en juin ».

Dans son communiqué, le ministère de l’économie et des finances laisse entendre que les projets industriels de Nokia qui réduiront l’impact du plan social pourraient faire l’objet d’un soutien dans le cadre du plan de relance. « Il s’agit d’une avancée significative qui confirme que la France demeure une géographie stratégique pour Nokia, sur des sujets d’avenir qui ont été identifiés au cœur des priorités du plan de relance et bénéficieront d’un soutien à ce titre », écrit Bercy dans son communiqué.

Au niveau mondial, Nokia est engagé depuis plusieurs années dans une chasse aux coûts pour surmonter des résultats en dents de scie et les effets de la percée du chinois Huawei dans le secteur, et est en train de redresser graduellement sa rentabilité. Le groupe a enregistré un bénéfice net de 94 millions d’euros au deuxième trimestre 2020 (contre une perte de 193 millions au deuxième trimestre 2019), avec un chiffre d’affaires en baisse de 10,6 %, du fait notamment de la crise du Covid-19.

Selon le président de Nokia en France, Thierry Boisnon, « les deux projets actuellement à l’étude » en France « confirment la vision stratégique et l’engagement à long terme de Nokia pour faire de la France un centre d’expertise mondial en matière de R&D dans le domaine des réseaux mobiles avancés et des services de sécurité de nouvelle génération ».

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page