Economie

fin de règne pour le diesel

La plate-forme électrifiée eVMP sera utilisée pour plusieurs modèles de berlines et de véhicules compacts de PSA à partir de 2023.

« D’ici à 2025, il n’y aura plus de moteurs diesel proposés sur les véhicules neufs du groupe PSA. » Les propos de Laurent Blanchet, directeur produit de Peugeot, résonnent comme une sentence, amplifiée par le vide laissé dans le catalogue de la marque après la suppression de nombreuses versions diesel.

Sans attendre l’échéance annoncée, Peugeot a en effet commencé à élaguer ses gammes. Sur la nouvelle génération du Peugeot 3008, commercialisée actuellement, les motorisations hybrides rechargeables de 225 ch et 300 ch, mises en avant, signent l’arrêt de mort du moteur diesel de 180 ch présent jusqu’ici sur ce SUV. Seule une petite version 130 ch diesel reste au catalogue, aux côtés des modèles essence. « Nous voulons accélérer la transition vers les motorisations alternatives, insiste Laurent Blanchet. Pour cela, le nouveau Peugeot 3008 en version hybride rechargeable 225 ch est proposé à la location au même loyer que la version diesel équivalente. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Top 10 des voitures électriques et hybrides achetées par les entreprises

Même opération sur les segments supérieurs, où figurent le grand SUV 5008 et la berline 508 en version hybride. Côté citadine, la Peugeot 208, disponible en versions électrique ou essence, ne dispose plus que d’une seule proposition diesel, de 100 ch.

Et chez PSA, on annonce déjà le coup d’après avec une nouvelle plate-forme, baptisée eVMP (Electric Vehicle Modular Platform), qui doit servir de base dès 2023 à plusieurs berlines et véhicules compacts et intégrera des batteries de 60 à 100 kWh, pour des niveaux d’autonomie allant jusqu’à 650 km. « D’ici à 2025, des progrès auront été faits sur le plan de l’autonomie des modèles électriques et en matière d’implantation de bornes de recharge, annonce Laurent Blanchet. Dès lors, pour les gros rouleurs des flottes d’entreprise, le diesel sera remplacé par l’électrique. »

Convaincre les entreprises

Les quatre prochaines années ne seront pas de trop pour convaincre les entreprises d’adopter de façon généralisée des voitures électriques ou hybrides dans leurs parcs. Reste que le mouvement semble bien enclenché. Comme l’explique Hugues de Laage, directeur de PSA Corporate Sales, « depuis la fin du confinement, nous enregistrons une reprise des commandes très intéressante pour les quatre marques du groupe PSA, notamment pour la marque DS ».

Compte tenu du contexte sanitaire, le patron des ventes aux entreprises de PSA ne veut pas crier victoire trop vite quant aux bons résultats des ventes du groupe auprès des flottes, qui le placent à plus d’un point de part de marché devant son principal concurrent, Renault. « Il est trop tôt pour parler d’un effet Covid dans les parcs d’entreprise, mais il y est de plus en plus question de voitures partagées et de modèles PHEV (hybrides rechargeables), notamment du côté des PME et des dirigeants. Auprès des gestionnaires de parcs, un travail d’intégration des modèles PHEV dans la car policy est nécessaire, mais l’on constate que les modèles hybrides sont de plus en plus référencés par les flottes. »

Il vous reste 46.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page