Sports

Bennett, la force de l’habitude

La première étape dévolue aux sprinteurs sur la Vuelta 2020 a vu Sam Bennett, meilleur sprinteur du dernier Tour de France, s’imposer en force devant Jasper Philipsen et Jakub Mareczko.

Sam Bennett n’a pas voulu laisser passer l’occasion. Alors que les arrivées sous forme de sprint massif ne devraient pas être légion sur une Vuelta très montagneuse, l’Irlandais a marqué son territoire, comme il avait su le faire à l’occasion du Tour de France, dont il avait terminé meilleur sprinteur. Mais, avant ce final échevelé à Ejea de los Caballeros, une échappée n’a pas hésité à animer la journée peu après le départ de Garray Numancia. Un groupe de quatre courageux s’est détaché après moins de cinq kilomètres de course. Harry Tanfield, Luis Angel Maté, Willie Smit et Jesus Ezquerra ont d’abord pris une trentaine de secondes puis, avec la bénédiction des équipes de sprinteurs, l’écart a atteint rapidement les trois minutes avant de se stabiliser autour des deux minutes et demie.

A un peu moins de 100 kilomètres de l’arrivée, profitant du vent soufflant de côté, l’équipe Movistar a tenté un coup avec une très forte accélération. Surpris par cette tentative de bordure, le peloton a un temps explosé en plusieurs morceaux alors que l’échappée a vu son avance fondre comme neige au soleil, ne comptant plus qu’une trentaine de secondes d’avantage à cet instant de la course. Toutefois, après les interventions des équipes Ineos Grenadiers puis Jumbo-Visma, le peloton a retrouvé son calme et son unité alors que le quatuor de tête a pu reprendre un peu de marge, comptant deux minutes d’avance à 50 kilomètres de la ligne d’arrivée. Mais, au sein de l’échappée, l’entente n’a pas été idéale et, après le sprint intermédiaire de Sadaba, à 22 kilomètres de l’arrivée, Harry Tanfield s’est isolé en tête de course, vite rattrapé par Willie Smit alors que Luis Angel Maté et Jesus Ezquerra ont retrouvé le peloton.

Le Sud-Africain s’est ensuite très rapidement vu seul en tête de la course alors que, une nouvelle fois, l’équipe Movistar a haussé l’allure du peloton. Une accélération qui a mis d’abord un terme aux ambitions de Harry Tanfield avant que Willie Smit ne soit rattrapé à quatorze kilomètres de la ligne d’arrivée. Dès lors, un sprint massif n’était plus une possibilité mais une certitude et les trains de sprinteurs se sont très vite mis en place et à l’œuvre. A trois kilomètres du but, le « Wolfpack » s’est mis en ordre de marche et a vivement accéléré pour permettre de lancer dans les meilleures conditions Sam Bennett. L’Irlandais n’a pas failli à la tâche, s’imposant en force devant Jasper Philipsen et Jakub Mareczko, qui laisse Pascal Ackermann au pied du podium. Bien au chaud dans le peloton, Primoz Roglic conserve son maillot rouge alors que les Pyrénées se rapprochent.

 


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page