Santé

Pourquoi les taupes femelles ne sont-elles pas de « vraies » femelles ?


Chez les taupes, il existe des mâles et des « femelles » intersexes. Celles-ci ont un organe unique dans le règne des mammifères : l’ovotestis. Des chercheurs sont remontés jusqu’à l’origine génétique de cette singularité.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Cinq animaux étranges et surprenants
  Certains animaux sont tellement étranges qu’il est difficile de croire en leur existence. Ils sont surprenants par leur apparence, leurs aptitudes ou leurs paradoxes. Futura a réuni pour vous un top 5 de ces étrangetés du monde animal, à découvrir en vidéo. 

Dans la nature, il existe des mâles et des femelles. En théorie. En pratique, plusieurs espèces font preuve de nuances. Cette abeille ou cet oiseau présentent, par exemple, des caractéristiques à la fois masculines et féminines. Chez l’espèce humaine, le CNRS estime qu’entre 1 et 2 % de la population est intersexe. Un individu intersexe peut être à la fois homme et femme, ou ni homme ni femme, avec une multitude de variations possibles – hormonales, chromosomiques, anatomiques, gonadiques.

Que ce soit chez les abeilles, les oiseaux, ou l’humanité, le sexe apparaît néanmoins en majorité binaire. L’intersexuation demeurant l’exception, sans être pathologique pour autant. Chez les taupes, la situation semble différente. Les mâles arborent des caractéristiques typiques de leur sexe : un fort taux de testostérone, des chromosomes XY, des testicules… Tandis que les femelles ne sont pas cantonnées aux ovaires. Dotées de chromosomes XX, elles développent un ovotestis.

L’ovotestis est une gonade, au même titre qu’un ovaire ou qu’un testicule. Elle regroupe un tissu testiculaire et un tissu ovarien. Le tissu testiculaire ne produit pas de sperme, mais un fort taux de testostérone. Ce qui amène les femelles à un niveau de testostérone similaire à celui des mâles. Quant au tissu ovarien, il permet à la taupe de tomber enceinte – entre autres.

Deux mutations ont suffit

Chez certains invertébrés hermaphrodites, la présence d’un ovotestis est banale. Chez les mammifères, elle est bien plus rare ! L’humain peut en être pourvu. Mais chez la taupe, chaque femelle possède un ovotestis. Des chercheurs berlinois ont voulu comprendre l’origine génétique de cette singularité. Leurs résultats, publiés dans Science, pointent deux mutations.

En séquençant le génome de la taupe ibérique (Talpa occidentalis), les scientifiques ont constaté deux choses : une inversion et une triplication. L’inversion est un segment d’ADN inséré à l’envers – par rapport aux génomes d’autres animaux. Ici, cela a pour conséquence de modifier la régulation de gènes impliqués dans le développement testiculaire. « Ce changement est associé au développement du tissu testiculaire, en plus du tissu ovarien, chez les taupes femelles », constate Francisca Martinez Real, coautrice de l’étude.

La triplication est, pour sa part, un ajout de séquences supplémentaires qui transforme la façon dont un gène est régulé. Cela a conduit « à une production accrue d’hormones sexuelles mâles dans les ovotestis des taupes femelles, en particulier de testostérone », précise la chercheuse. Ces taupes femelles ont alors évolué vers une forme plus atypique de différenciation sexuelle. « La nature utilise la boîte à outils de gènes du développement, et les réorganise simplement pour créer une caractéristique telle que l’intersexualité », soutient Darío Lupiáñez.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page