Sports

Bientôt une Premier League à 18 clubs ?

Imaginé en 2017, le projet de refonte de l’élite du football anglais avance doucement mais sûrement, porté par le Big 6 du royaume. La Premier League, ainsi, pourrait rapidement passer à 18 clubs.

L’idée fait son chemin depuis trois ans mais la crise sanitaire du moment a donné un coup de fouet au projet de réforme voulu par Manchester United et Liverpool notamment. Dans son édition du jour, le Telegraph dévoile les grandes lignes du fameux « Project Big Picture ». Un dessein soutenu manifestement par les autres puissants de l’élite anglaise que sont Arsenal, Chelsea, Manchester City et Tottenham. Et pour cause…

Si elle devait aboutir, la réforme ardemment défendue par les Reds et les Red Devils conférerait aux acteurs historiques de la Premier League un pouvoir qu’ils n’ont pas actuellement. Aujourd’hui en concile, un club équivaut à une voix dans les votes. Or à l’avenir, le Big 6 suscité, renforcé par les trois autres membres les plus assidus de la division supérieure – Everton, West Ham et Southampton – pourrait être décisionnaire à la condition unique de voir six de ces neuf piliers trouver un consensus.

Rendez-vous dans deux ans ?

De consensus justement il semble y avoir pour ce qui est de la réduction du nombre de clubs élus à la Premier League: de 20 à 18 équipes. Dans la même logique, afin de soulager les calendriers et réduire le coût d’une saison à rallonge, la League Cup et le Community Shield devraient être sacrifiés. Cela à compter, si possible, de l’exercice 2022-2023. Une telle perspective signifierait une quadruple relégation au printemps 2022, et la promotion de deux formations de Championship. La suite de la réforme prévoyant la mise en place d’un barrage entre le 16e de l’élite et les clubs classés de la troisième à la cinquième place en deuxième division.

Histoire de faire passer la pilule auprès des plus modestes, le Project Big Picture a prévu d’arrondir les angles via des mesures plus populaires: tout d’abord un bonus immédiat de 275 millions d’euros versé par la Premier League aux 72 clubs des trois degrés inférieurs réunis sous l’égide de l’English Football League. Des clubs qui pour la plupart ont été durement impactés par la pandémie. Mais aussi la cession d’une partie des droits TV dédiés à l’élite, à hauteur de 6%, à ces mêmes divisions ; la création d’un ligue féminine indépendante ; ou encore la possibilité de prêter jusqu’à 15 joueurs par saison, dont quatre à une même équipe. Autant d’arguments qui risquent de faire mouche en ces temps de crise.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page