Sports

Le Top/Flop du mercato de la L1

Tardif et à rallonge, le mercato « estival » 2020 a fermé ses portes lundi soir. Tous les clubs de Ligue 1 n’en ont pas tiré profit…

Ceux qui l’ont bien négocié

Le Losc
Passé maître dans l’art du trading depuis l’arrivée de Gérard Lopez aux commandes, le Losc a encore habilement manœuvré sa barque dans ce mercato, perdant certes Osimhen ou Gabriel dans la bataille mais mettant la main sur des promesses comme David et Botman. Sans compter l’expérimenté Yilmaz.

Le Stade Rennais
Le club breton monte assurément en puissance. En passe de prendre part à la C1 pour la première fois de son histoire, le Stade Rennais s’est considérablement renforcé cet été et cet automne. Terrier, Guirassy, Aguerd, Rugani, Gomis, Doku, Dalbert… tous ont des allures de bonnes pioches. Pour quelques sacrifiés certes, Raphinha et Mendy en tête.

Le RC Lens
Les Sang et Or ont eu le nez creux dans ce mercato. En atteste le seul exemple de Ganago, buteur déjà prolifique et décisif. Kakuta, Medina, Kalimuendo… les renforts intéressants se sont multipliés ces dernières semaines à Lens. Le tout pour un investissement contenu à 20 millions d’euros à peine.

L’OGC Nice
Désormais sous la houlette d’Ineos, le Gym n’a pas flambé pour autant, recrutant à bon escient, sur chaque ligne, sans bouleverser une ossature au potentiel certain. Kamara, Schneiderlin, Gouiri, Reine-Adélaïde, à eux seuls ces éléments ont considérablement renforcé l’effectif niçois.

Le SCO Angers
Santamaria et Aït-Nouri vont leur manquer mais les Angevins n’ont pas tout perdu non plus cet été. Flanqué d’un nouveau directeur sportif, le SCO n’a pas chômé sur le marché, s’assurant les services de cadres potentiels tels que Bernardoni, Amadou, Boufal ou encore Diony.

Le RC Strasbourg
La mayonnaise alsacienne n’a pas encore pris – loin s’en faut. Pourtant le Racing a su préserver ses acquis durant l’intersaison, et notamment le très convoité Simakan. Cela tout en se renforçant allègrement à l’offensive avec le recrutement des Diallo, Waris et Chahiri.
Le FC Lorient
A leur échelle, les Merlus n’ont pas lésiné sur les moyens pour tenter de s’installer durablement au sein de l’élite. Quelques cadres de la saison passée ont pris leur envol mais Lorient a misé pas moins de 26 millions d’euros pour assurer ses arrières. Grbic, Moffi, Boisgard, Morel, Monconduit, les profils sont divers, du pari à la valeur sûre.

Ceux qui vont devoir faire leurs preuves

Le Paris SG
Paris nous avait habitués à des mercatos plus clinquants. Après avoir perdu une somme de joueurs en fin de contrat – et pas des moindres – le PSG s’est montré plutôt timoré sur le marché, et a surtout frappé à la dernière minute. Si ce n’est Florenzi, les trois autres renforts – Kean, Rafinha et Danilo Pereira – ont débarqué sur le tard. Pas forcément un bon signe.

L’Olympique de Marseille
Malgré ses moyens limités, l’OM s’est révélé actif dans ce mercato, s’offrant pas moins de cinq recrues – sans compter Alvaro – aux allures de paris sur l’avenir (Gueye, Balerdi, Luis Henrique et Cuisance), à l’exception du vétéran Nagatomo. A contrario, le club marseillais n’a pas su vendre cet été encore. Et la perte de Sarr pour l’heure n’a pas été compensée.

L’Olympique Lyonnais
Pour Lyon aussi, c’est un marché mi-figue mi-raisin qui s’est achevé lundi soir. Bien sûr, les Gones ont conservé leurs atouts offensifs majeurs – les Depay, Dembélé et Aouar – tout en mettant le grappin sur Paqueta. Mais les seules arrivées tardives de Benlamri et De Sciglio ne semblent pas offrir davantage de garanties quant à l’assise défensive de l’équipe.

Le Montpellier HSC
Une arrière-garde solide et expérimentée, un tandem offensif flamboyant composé de Delort et Laborde, le MHSC a su lui aussi préserver quelques fondamentaux. Pour autant, les Pailladins pourraient bien ronronner cette saison. A voir également si Omlin saura faire oublier sur le long terme la bonne pioche qu’était Rulli.

Le Nîmes Olympique
Certes Bernardoni a laissé un grand vide dans la cage, rapidement compensé cela dit par le recrutement à moindre frais de Reynet. Pour le reste, les Crocodiles ont recruté intelligemment sans se ruiner. Eliasson, Meling et Cubas sont prometteurs. A voir avec le temps.

Le Stade Brestois
En cédant Diallo à Southampton (pour un prix de 15 millions d’euros qui ne se refuse pas), Brest a quelque peu déshabillé son milieu de terrain, concentrant l’essentiel de son recrutement sur le secteur offensif. Philippoteaux, Faivre ou Mounié devraient faire du bien aux Bretons néanmoins.

Le FC Nantes
Les Canaris ont assurément sauvé leur mercato en mettant la main au dernier moment sur des éléments tels que Corchia et Augustin. Des joueurs dont le profil manquait clairement à l’effectif. Sera-ce suffisant cependant pour faire mieux que la saison passée. Rien n’est moins sûr…

Ceux qui sont passés à côté

L’AS Monaco
L’école de trading monégasque aurait-elle perdu de sa superbe ? Toujours est-il que l’ASM s’est surtout illustrée cet été en se débarrassant de 42 contrats (prêts compris) – histoire de laisser un effectif à taille humaine aux mains de Niko Kovac. Pas de folie en revanche pour renforcer l’équipe. Disasi, Volland et Mannone sont arrivés mais Glik, Slimani et Subasic sont partis…

L’AS Saint-Etienne
Exit Perrin, Cabaye, M’Vila… voire Ruffier, qui n’entre pas dans les plans de Claude Puel, Saint-Etienne fait désormais dans le jeunisme. La talentueux Aouchiche en profite, pas Fofana qui a décidé de répondre à l’appel de la Premier League. Tout cela pourrait bien se révéler trop tendre au gré de la saison.

Le FCG Bordeaux
Le calme plat. Ou presque. Si ce n’est l’arrivée surprise de Ben Arfa, les Girondins de Bordeaux n’ont rien vu venir de cet été à cet automne. L’équipe dirigée par Jean-Louis Gasset ne manque pourtant pas de lacunes, et aura certainement du mal à tenir sur la longueur cette saison encore.

Le FC Metz
Les Grenats ont d’abord consenti à de réels efforts financiers pour attirer en Lorraine les Tchimbembé, Kouyaté, Ambrose, Caillard ou Vagner. Seulement les dirigeants messins se sont mis à dos leurs supporters en cédant Diallo – dont le départ était acquis – à l’ennemi strasbourgeois. Niane a beau réaliser un début de saison tonitruant, la gronde menace à Metz.

Le Stade de Reims
Les Rémois ont pour l’heure su verrouiller leurs deux prometteurs attaquants – Dia et Touré – mais ont perdu gros cet été dans leur assise avec les départs de Disasi, Kamara et Romao. Autant de pertes que ne compense évidemment pas l’arrivée de la bonne pioche Berisha.

Le Dijon FCO
Les Dijonnais ont réalisé l’improbable ces dernières semaines: lâcher coup sur coup leurs deux gardiens phares: Gomis et Runarsson. Allagbé a du pain sur la planche pour tenir la baraque désormais, d’autant qu’Aguerd lui aussi s’est envolé. Comme l’emblématique Tavares. Les paris Panzo, Scheidler, Dina Ebimbe, Boey ou Zagré seront peut-être payants un jour. En attendant…

 


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page