Economie

quels sont ses droits en termes de retraite ?

En tant qu’aidant, vous pouvez être affilié « gratuitement » au régime général de la Sécurité sociale. Et continuer ainsi à acquérir des droits pour votre retraite.

Si vous ne travaillez pas ou travaillez à temps partiel et avez la charge permanente d’un proche lourdement handicapé, ou si vous prenez un congé de proche aidant pour vous occuper d’un membre de votre famille handicapé ou en perte d’autonomie, vous pouvez être affilié « gratuitement » au régime général de la Sécurité sociale. Cette affiliation – improprement appelée « assurance-vieillesse du parent au foyer » (AVPF) – vous permet de continuer à acquérir des droits pour votre retraite, comme si vous aviez travaillé pendant cette période de prise en charge : trimestres d’assurance et report d’un salaire forfaitaire sur votre compte. En revanche, vous n’obtenez aucun point dans les régimes complémentaires.

En plus de cette validation gratuite, les aidants peuvent bénéficier d’une majoration de leur durée d’assurance d’un trimestre par période de prise en charge de trente mois civils entiers consécutifs, dans la limite de huit trimestres au total. Cette majoration ne concerne que les périodes postérieures au 1er janvier 2015. Pour en bénéficier, il faut vivre sous le même toit que la personne dont vous vous occupez et ne pas avoir exercé d’activité professionnelle.

Les justificatifs, précieux sésames

Les périodes inférieures à trente mois ne donnent droit à rien, même en « en cas de décès de la personne handicapée survenu entre-temps » ou lorsque l’aidant fait liquider sa retraite et que les trente mois ne sont pas atteints, indique la circulaire de la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV) qui précise les modalités d’attribution de cette majoration. Celle-ci se fait au moment de l’instruction du dossier de retraite de l’aidant, justificatifs à l’appui. « Il incombe par conséquent à l’aidant de [les] recueillir et de [les] conserver, dès le début de la prise en charge », conseille la circulaire.

Écouter aussi Paroles d’aidants : « Jusqu’au bout, je l’accompagnerai… »

Enfin, les personnes qui ont interrompu leur activité professionnelle pour s’occuper d’un membre de leur famille handicapé ou qui ont apporté une aide à leur enfant handicapé peuvent bénéficier de leur retraite à taux plein quelle que soit leur durée d’assurance dès 65 ans, contre 67 ans pour les autres assurés. Mais il faut, pour bénéficier de ce dispositif, que l’aide ait été apportée pendant au moins trente mois consécutifs.

Notre dossier sur les aidants


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page