Auto-Moto

elle affronte l’ancienne en VIDEO

Nouvelle Dacia Sandero vs ancien modèle – Voilà déjà 8 ans que la seconde génération de Sandero écume nos routes, avec toujours autant de succès, malgré le poids des ans. En septembre dernier, elle figurait encore au 5e rang des ventes en France, et peut se targuer d’avoir été la voiture la plus vendue auprès des particuliers, en Europe, en 2019. Pour autant, sa remplaçante voit déjà le jour. Mais qu’est-ce qui la distingue véritablement de l’ancien modèle ?

Sur le plan du design, il faut rendre hommage à l’ancien modèle qui a su résister aux outrages du temps. Il faut dire que son look est on ne peut plus classique, avec des lignes simples et qui mettent plutôt en valeur la robustesse. Du côté de la nouveauté, on n’est pas dépaysé. Les designers de Dacia ont appliqué les même recettes que sur l’ancien modèle, pour plaire au plus grand nombre, mais aussi pour éviter de se démoder, au fil des ans. Mais si on y regarde de plus prêt, on remarque que cette Sandero a soigné de nombreux détails.

Enfin dans l’air du temps

Fini le capot plat de l’ancien modèle, la génération 2021 y ajoute beaucoup de modelé et de surfaces creusées, surtout sur la version Stepway. Les optiques sont également plus travaillées. Sur l’ancien modèle, on avait affaire à un contour très carré, avec une signature lumineuse à LED très basique. La nouvelle Sandero affine son regard et multiplie la technologie LED, notamment avec des feux de jour en forme de Y, très contemporains, à la manière de certaines production Volvo. La calandre reste assez similaire dans son format, mais empiète davantage sur le bouclier. Sur la finition Stepway, ce dernier est totalement différent de la gamme classique, quand l’ancien modèle se contentait simplement d’y ajouter des protections en rapport avec son statut de baroudeur. Un trait de caractère encore plus appuyé sur la Sandero 2021, avec son sabot de bas de caisse bien plus proéminent que sur son aïeul.

Un monde les sépare

De profil, sur l’ancienne Sandero, c’est le service minimum. Des portières de type autoclaves, au design très basique et des poignées dignes d’une Clio 2. Avec le nouveau modèle, c’est le jour et la nuit. Les portes disposent d’encadrements beaucoup plus fins, améliorant ainsi l’aérodynamisme. De leur côté, les poignées sont enfin digne de ce nom, car de type « frigo ». Et on observe que les designers ont pu ajouter quelques artifices pour dynamiser la ligne, avec notamment deux pièces en plastique logées de part et d’autre des surfaces vitrées qui allongent artificiellement la silhouette. Sur l’ancienne Sandero, pas de place au superflu : juste des vitres et de larges encadrements. Rien que du très basique.

C’est finalement à l’arrière que les modifications sont peut- être les moins flagrantes au premier coup d’œil. On remarque bien évidemment l’allongement des feux qui intègrent aussi un motif en forme de Y, mais pas de technologie à LED. Sur le plan pratique, le bouton d’ouverture du coffre, qui officiait sur l’ancien modèle, disparaît au profit d’une commande électrique plus discrète, logée au niveau du seuil de chargement.

Beaucoup plus sûre qu’auparavant

Cette nouvelle Sandero paraît définitivement plus moderne. Et ce n’est pas qu’une question de cosmétique. Elle doit également cela à sa plate-forme technique, issue de la toute dernière génération de Clio 5, alors que l’ancienne Sandero reposait encore sur une base de Clio 2, sortie en 1998. C’est dire si le fossé qui sépare ces deux voitures est important, notamment sur le plan de la sécurité. Jusqu’à présent la roumaine décrochait le bonnet d’âne aux crash-tests Euro-NCAP, comparée à la concurrence récente. Avec sa nouvelle Sandero, Dacia affirme ne pas viser les 5 étoiles décrochées en 2019 par la Clio 5, dans la mesure où sa citadine fera l’impasse sur certains équipements électroniques de sécurité active, jugés trop coûteux. Mais on nous promet une résistance de la structure similaire à celle de la Clio, en cas de choc. La nouvelle Sandero pourra d’ailleurs compter sur 6 airbags, contre seulement 4 auparavant.

Si l’extérieur de l’ancienne Sandero pouvait encore faire illusion, l’habitacle a pris un sacré coût de vieux. Au sommet de la console centrale, les gros aérateurs ronds, passés de mode depuis une quinzaine, surplombent un écran de GPS placé trop bas, tandis que les commandes de ventilation rappellent celles d’une gazinière. Un environnement désuet également desservi par ne position de conduite hors d’âge, sans possibilité de régler le siège en hauteur, ni de volant en profondeur.

Habitacle digne de la concurrence

A bord de la nouvelle Sandero, c’est le jour et la nuit. On apprécie l’arrivée de fauteuils dignes de ce nom, issus de la Clio 5, et réglables en hauteur. Idem pour le volant, aussi bien en hauteur qu’en profondeur, pour envisager plus sereinement les longs voyages. La révolution s’opère aussi au niveau de la planche de bord, affichant un dessin très contemporain, misant sur l’horizontalité. On apprécie la finesse des aérateurs qui sont enfin logé au milieu de la console centrale. Cela a permis d’élever la dalle tactile au sommet du cockpit, dans le champ de vision du conducteur. Plus bas, l’ergonomie a aussi été choyée, avec une climatisation automatique à affichage digital. Et il reste encore de la place devant le levier de vitesse pour déposer de menus objets. On nous promet même l’arrivée, à cet endroit, de la recharge à induction pour le smartphone, dans un second temps.

Pour compléter ce tableau idyllique, le levier de vitesse raccourci tombe idéalement sous la main, quand celui du frein à main disparait intégralement sur les version haut de gamme, au profit d’un dispositif électrique. Cela a encore permis de créer des rangements et d’améliorer le confort, avec l’arrivée d’un accoudoir central. Citons enfin l’introduction du démarrage sans clé, du réglage électrique des rétroviseurs, de l’aide au démarrage en côte, de la détection d’angle mort ou encore du freinage automatique d’urgence.

Plus réservée sous le capot

A contrario, sous le capot, la nouvelle Sandero est loin d’avoir revu ses prétentions à la hausse. Pour mémoire, elle faisait varier ses motorisations de 75 à 100 ch, auparavant, en essence et diesel. Dorénavant, ne comptez plus faire le plein de gazole. Dacia a totalement fait l’impasse sur ce type de motorisation. Le constructeur pallie cette absence par un bloc de 100 ch bicarburation GPL, mais à plus long terme, l’alternative pourrait venir de la motorisation hybride de 140 ch proposée depuis peu sur la Clio. En attendant, les deux autres motorisations essence plafonnent à 65 et 90 ch, en plus du bloc 100 ch GPL. Côté boîte automatique, Dacia remise l’antique transmission Easy-R à simple embrayage au profit d’un variateur CVT de dernière génération. Assurément, la nouvelle Sandero restera fidèle à ses performances modestes, d’autant qu’elle embarque beaucoup plus de technologie et qu’elle se montre un tout petit peu plus longue… donc logiquement plus lourde.

Un peu plus habitable

Mais qui dit plus longue dit aussi plus habitable. On disposait déjà d’un bel espace aux places arrière de l’ancienne Sandero, figurant parmi les citadines les plus longues de sa catégorie. Le nouveau modèle en remet une couche, notamment grâce à l’allongement de son empattement, lui permettant d’offrir 4 cm supplémentaires au niveau des jambes. Quant au volume de coffre, celui-ci passe de 320 à 328 l et se montre également plus modulable, grâce à son plancher à deux niveaux, indisponible par le passé.

Prix Dacia Sandero

En définitive, c’est un véritable fossé qui sépare nos deux Sandero, malgré les apparences, pour un tarif de base à peine plus élevé qu’auparavant : 8690 €, soit 400 € supplémentaires. On ne connaît pas encore le ticket d’entrée de la version Stepway, très bien équipée, mais on peut l’espérer sous la barre des 14 000 €, quand l’ancienne démarrait à 13 390 €. Plus que jamais, cette nouvelle Sandero c’est la bonne affaire du marché automobile, dont la carrière commerciale démarrera début 2021.

L’actualité de Dacia :

Dacia : un break surélevé 7 places au programme

Dacia Logan : pas pour nous, enfin presque

Nouvelle Dacia Sandero (2021) : prix, infos, photos et VIDEO


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page