Sports

Giroud et le “gâchis” Benzema

Alors qu’il s’apprête à fêter sa 100e sélection en équipe de France, Olivier Giroud est revenu sur sa relation avec Karim Benzema, écarté de l’équipe de France depuis novembre 2015.

Il ne s’agit que d’un match amical, mais ce France-Ukraine prévu mercredi aura une saveur toute particulière pour Olivier Giroud. L’attaquant tricolore devrait en effet intégrer à cette occasion le club des 100. La rencontre face aux hommes d’Andriy Shevchenko devrait en effet être la 100e sélection du Savoyard chez les Bleus, l’attaquant de Chelsea s’apprêtant donc à rejoindre au panthéon des Bleus Lilian Thuram, Thierry Henry, Hugo Lloris, Marcel Desailly, Zinedine Zidane, Patrick Vieira et Didier Deschamps.

Malgré un temps de jeu pour le moins réduit avec les Blues, Olivier Giroud reste en effet titulaire en équipe de France. Autant pour ses états de service, l’ancien Gunner n’étant plus qu’à un but de devenir le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus, qu’en raison d’un certain manque de concurrence. Alexandre Lacazette et Wissam Ben Yedder n’ont jamais convaincu et Karim Benzema n’a plus voix au chapitre depuis l’automne 2015.

Longuement interrogé au micro de RMC Sport, l’attaquant londonien est d’ailleurs revenu sur cette rivalité avec l’attaquant madrilène à qui il n’a de cesse d’être opposé. « Clairement, c’est dommage. Parce que Karim reste un joueur impressionnant de par ses qualités. Moi, j’ai jamais eu de contentieux avec lui, l’histoire a voulu qu’on nous oppose. J’ai toujours eu une bonne entente avec lui, beaucoup de respect mutuel… du moins de ma part envers lui », a-t-il confié, préférant néanmoins regarder vers l’avenir.

« Je trouve ça dommage tout ce qui s’est passé, c’est une sorte de gâchis, mais maintenant, il faut aller de l’avant. Et l’équipe de France a un vivier de jeunes joueurs assez exceptionnel, un vivier de jeunes talents impressionnant. Les Anglais nous envient beaucoup de cette jeune génération qui monte en puissance. C’est dommage, mais il faut avancer », a-t-il en effet poursuivi avant de reconnaître avoir mal vécu certains commentaires: « Bien sûr à l’époque, quand on m’a reproché injustement l’absence de Karim, ça m’a touché. Les sifflets des personnes qui ne voulaient peut-être pas me voir à la pointe de l’attaque française avant l’Euro 2016 avec L’Equipe qui avait titré ‘Le Mal Aimé’. Ça m’avait touché et affecté mes proches. »

 

 


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page