Economie

A Avignon, Roselyne Bachelot annonce cinq millions supplémentaires pour les festivals

Ausculter et prendre soin d’un présent douloureux, et assurer l’avenir : tel est le rôle que Roselyne Bachelot, ministre de la culture et ancienne ministre de la santé, a assigné aux Etats généraux des festivals qui se sont ouverts vendredi 2 octobre à Avignon, pour se poursuivre jusqu’au samedi 3 octobre au soir. La ministre a affiché une démarche volontariste à l’ouverture de ces deux jours de discussions et de débats, et annoncé qu’une enveloppe de 5 millions d’euros, en plus des 10 millions déjà actés pour 2020, serait débloquée début 2021 pour aider un secteur qui a particulièrement souffert de la crise sanitaire due au Covid-19.

Lire aussi Coronavirus : les spectacles de plus de 5 000 personnes autorisés, sous conditions, dès le 15 août

« Si la crise a une vertu, c’est celle de révéler l’importance des festivals dans la vie de notre pays, a posé d’emblée Roselyne Bachelot. Les annulations de festivals ont causé de graves difficultés économiques, révélant le rôle structurant de ces manifestations sur la vie des territoires, mais c’est aussi un choc culturel et artistique considérable. » Face à l’urgence, à la nécessité d’« adapter les modèles aux exigences de notre temps », la ministre a donc souhaité ce dispositif ouvert des Etats généraux, pour faire remonter la parole des acteurs, notamment par le biais des directions régionales des affaires culturelles (DRAC) en région.

Un chantier immense

La première difficulté tient d’abord à la définition même du terme de festival, comme l’ont rappelé en préambule la ministre elle-même et le chercheur Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique à l’université de Paris-Nanterre, et l’un des plus fins observateurs de la scène culturelle française depuis trente ans. Entre des festivals comme ceux d’Avignon et d’Aix-en-Provence, fortement dotés par la puissance publique, un festival jeune public dans le Jura fonctionnant principalement avec des bénévoles, une foire du livre dans le Sud-Ouest, une grosse manifestation de musiques actuelles relevant de l’économie privée ou ce mastodonte qu’est le Festival de Cannes, quoi de commun ?

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : pour les festivals, « ce coup d’arrêt risque d’avoir une incidence durable »

« On a déjà des difficultés pour compter le nombre de festivals existant en France, a fait observer la ministre. Selon les estimations, ils seraient entre 3 000 et 6 000, avec des budgets variant entre 10 000 et plus de 20 millions d’euros. Ceux qui disposent d’un budget de plus de 1,4 million d’euros représentent 3 % des manifestations », a-t-elle précisé, s’appuyant sur une nouvelle étude réalisée par les chercheurs Aurélien Djakouane, Emmanuel Négrier, Damien Potier et Marion Vidal, intitulée « SoFEST ! Empreinte sociale et territoriale des festivals ».

Il vous reste 42.99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page