Politiques

les maires et cafetiers réagissent aux annonces de l’exécutif

Depuis l’obligation de fermer à 22h, Philippe Sallabery, gérant de bar parisien perd 30% de son chiffre d’affaires. C’est normal et pas normal. On appliquera et on s’en tiendra à ce que dit le gouvernement“, explique-t-il, un brin pessimiste. Un fatalisme partagé par ses clients : C’est normal d’attendre un peu, il y a beaucoup de business qui ont été beaucoup touchés et qui pourraient encore être touchés avec cette nouvelle fermeture“, témoigne ce consommateur.

Dans la matinée du jeudi 1er octobre, les maires de Lyon (Rhône), Paris (Ile-de-France) Lille (Nord) et Grenoble (Isère), métropoles classées en zone d’alerte renforcée, ont demandé un sursis auprès du Premier ministre. L’horaire de fermeture des bars à 22 heures ne nous semblait pas approprié. C’est une mesure que l’on juge devoir être assouplie, en échange bien sûr, d’une rigueur plus importante dans le respect des règles sanitaires” explique Grégory Doucet, maire de Lyon. Le Premier ministre nous a donné […] quinze jours complets sans nouvelles mesures. On va tout faire avec le président de la métropole pour continuer à communiquer. Pour dire aux gens ‘attention, ça devient très grave“, déclare Martine Aubry, maire de Lille.

Le JT

Les autres sujets du JT


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page