Auto-Moto

Caréco, le premier réseau de pièces auto d’occasion

Un réseau pour faire évoluer le métier

Que faire d’un véhicule hors d’usage à cause d’un sinistre ou simplement d’une espérance de vie arrivée à son terme ? Les centres Caréco se font un plaisir de les récupérer, afin de les dépolluer, de les démonter puis de remettre sur le marché les pièces utilisables. Dans ces temps modernes, les recycleurs indépendants ont compris que pour faire évoluer leur métier, il fallait se regrouper. C’est ainsi que le réseau Caréco regroupe 70 centres indépendants sur toute la France, qui se retrouvent reliés par une communication, une informatisation et une gestion des stocks communes.

Une satisfaction client accentuée par la force d’un réseau

Avec ce partage de leur savoir-faire et une force de frappe accentuée par un nombre de centres grandissant, le réseau met la satisfaction de ses clients au coeur de ses priorités. Si le centre Caréco de Gièvres dispose d’un stock d’environ 60 000 pièces, il se retrouve avec une vingtaine de millions de pièces à proposer à ses clients, grâce à la mutualisation des stocks de tout le réseau. « Si nous n’avons pas la bonne pièce en stock, nous piochons chez nos collègues pour répondre positivement au client », explique Nelson Jourdin, gérant du centre de Gièvres. Avec toujours cette volonté d’accompagner ses clients, Caréco organise également, durant une ou deux journées par an, une foire à 15 euros. Que ce soit un moteur ou un rétroviseur, le parc du centre est ouvert et toutes les pièces récoltées sur les voitures sont au même prix. 

Le réemploi, un concept écologique poussé à son paroxysme

Avec ce genre d’événement, les centres Caréco peuvent ainsi mesurer l’engouement de leur clientèle autour de leur concept. Au préalable, les centres ont dépollué les véhicules mis à disposition, afin que toutes les manipulations soient sécurisées. C’est d’ailleurs une des volontés principales du réseau, qui prélève avec précaution les huiles, les carburants et autres liquides, pour préserver les sols. De plus, les différents composants des véhicules, comme les métaux ferreux et non-ferreux, le plastique, le verre ou les pneumatiques, sont triés, puis transférés vers les filières appropriées pour la valorisation de la matière. Ainsi, en limitant la production de nouvelles pièces et en prenant toutes les mesures d’un recyclage propre, Caréco s’engage également pour l’écologie.

Avec ses objectifs environnementaux et de satisfaction client, le réseau Caréco tranche avec le cliché de la casse un peu sale, aux centaines de voitures empilées, et donne une image plus moderne de son métier.

Caréco :


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page