Politiques

après la Loire-Atlantique, le Gers, la Haute-Garonne et les Landes portent plainte contre Eric Zemmour


Une enquête a déjà été ouverte jeudi par le Parquet de Paris pour les propos sur les “mineurs isolés” tenus par le polémiste durant une émission de CNews.

Les poursuites se multiplient à l’encontre d’Eric Zemmour. Après le parquet de Paris et la Loire-Atlantique, les présidents PS des départements du Gers, Philippe Martin, de la Haute-Garonne, Georges Meric, et des Landes, Xavier Fortinon, ont annoncé tour à tour vendredi 2 octobre porter plainte contre Eric Zemmour qui a qualifié mercredi les migrants mineurs de “voleurs”, d’“assassins” et de “violeurs” sur la chaîne CNews.

“Le département de Haute-Garonne va déposer plainte contre Eric Zemmour comme la Loire-Atlantique, le Gers et plusieurs départements de gauche”, a écrit vendredi sur Twitter Georges Meric, le président (PS) du département de la Haute-Garonne. Inspiré par l’action en justice de la Loire-Atlantique, Philippe Martin avait affirmé hier sur Twitter que le Gers allait déposer “plainte contre Eric Zemmour pour son discours de haine, sur Cnews à l’encontre des migrants mineurs que nous nous honorons d’accueillir, de protéger et de former” dans son départment.

“Notre collectivité va déposer plainte contre cette personnalité médiatique qui tient des discours de haine, à la fois injurieux et infondés”, a écrit de son côté Xavier Fortinon dans un communiqué, rappelant que “300 mineurs isolés sont pris en charge par le Département des Landes”. Ces propos font écho au communiqué publié jeudi par le président de Loire-Atlantique Philippe Grosvalet (PS), témoignant “que les mineurs non accompagnés pris en charge par le département de Loire-Atlantique manifestent une forte volonté d’insertion”.

“Les paroles qu’il a tenues sur un plateau de télévision sont abjectes et racistes. Elles constituent une véritable incitation à la haine et portent atteinte aux mineurs dont le département de Loire-Atlantique s’est vu confier la tutelle”, avait affirmé le président de la Loire-Atlantique pour motiver son dépôt de plainte contre un “récidiviste”. Le polémiste avait déjà été condamné la semaine dernière pour les mêmes motifs à 10.000 euros d’amende.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page